Mercredi 17 octobre 2018

Louvre

Louis XIV dans les almanachs

À la gloire du Roi Soleil

Le Journal des Arts

Le 1 janvier 1995 - 580 mots

Très en vogue au XVIIe, et surtout au XVIIIe siècle, les almanachs – calendriers historiés et enluminés – n’avaient pourtant, jusqu’à ce jour, fait l’objet d’aucune exposition. Seul un certain Victor Champier avait publié, en 1886, un catalogue sommaire des Anciens almanachs illustrés – un in-folio aujourd’hui introuvable. Le Louvre, associé à la Bibliothèque nationale, avec un accrochage haut en couleurs de quelque soixante-dix pièces aussi rares qu’insolites, vient combler cette lacune.

PARIS - Nés avec l’estampe, les almanachs – ces "placards" éphémères dont l’équivalent serait aujourd’hui notre calendrier des postes – ont connu leur âge d’or dans la deuxième partie du XVIIe siècle et au début du XVIIIe. Cette vogue concordant avec les années du règne de Louis XIV (1660-1715), Maxime Préaud, conservateur en chef de la réserve au département des Estampes et de la Photographie à la BN, et commissaire de l’exposition, a choisi d’illustrer cette période.

En effet, la spectaculaire floraison des almanachs sous Louis XIV autorise à voir dans ces images murales populaires un instrument évident de propagande dont le Roi Soleil sut, avec brio, utiliser tous les ressorts. Alors qu’avant son accession au trône de France, deux à trois almanachs sont imprimés chaque année, entre 1660 et 1715, ceux-ci montent en flèche (pas moins de dix-huit sont mis en vente pour la seule année 1688 !) pour rechuter ensuite.

D’une veine tantôt satirique, tantôt comique, les almanachs prirent alors un tour plus docte et historique, chaque page du calendrier devenant prétexte à exalter les événements glorieux ayant marqué les mois de l’année précédente. Comme le montrent les cinquante-cinq pièces, assorties de quelques dessins préparatoires, choisies ici pour illustrer une à une les années du règne de Louis XIV, du Triomphe du bonheur et de la gloire de la France (almanach pour 1667) à La Prise de Maastricht (1674), en passant par L’Admiration des Nations (1672), c’est une véritable apologie du Roi Soleil qui se dessine au fil des ans.

L’une des images les plus frappantes est sans doute cet almanach de l’an 1679 au titre pour le moins édifiant, Les Effets du soleil, où l’on voit le monarque en Apollon majestueux, escorté d’angelots sonnant trompettes, de dieux et des allégories de la Paix et de l’Abondance, dominant, après le traité de Nimègue, les nations soumises faisant piètre figure.

Pour la plupart disparus
Punaisés aux murs, exposés à la lumière, aux fumées et aux graisses de cuisine, puis jetés, ces éphémérides, gravés au burin ou à l’eau-forte (selon le temps dont disposait l’imprimeur), et enluminés (au pochoir ou à main levée), ont pour la plupart disparu. D’où la rareté des pièces qui figurent à l’inventaire de la BN et de la collection Edmond de Rothschild du Louvre (ici en partie réunies), ainsi que celle de l’Institut de France, troisième en importance. La destination de ces calendriers, dont les images touffues et animées étaient souvent agrémentées d’aphorismes et de vers de mirlitons, explique en outre l’état inégal de leur conservation.

Le plus grand nombre de ceux qui nous sont parvenus semblerait n’avoir pas même traîné sur les étalages des marchands d’estampes, et sortir tout droit des imprimeries. Aussi, les pièces inachevées sont-elles légion dans l’exposition. Il s’agit soit de tirages en noir et blanc ou partiellement coloriés, soit d’épreuves comportant des vides, vraisemblablement destinés à être occupés par le futur calendrier ou par des vignettes "d’actualité", tracées à la dernière minute.

\"Les Effets du soleil. L’image du règne de Louis XIV dans les almanachs\"

Louvre, 20 janvier-17 avril

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°10 du 1 janvier 1995, avec le titre suivant : Louis XIV dans les almanachs

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque