Mardi 11 décembre 2018

Un tour des galeries

Londres : succès pour les gravures de Freud

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 février 1996 - 723 mots

L’ancien agent de Marlborough Fine Art, Laurent Delaye, qui exerce son activité de marchand d’art contemporain à son domicile de Brixton depuis 1992, ouvre une galerie permanente sur St. Christopher Place.

Il se jette à l’eau avec "Trophées", où l’artiste new-yorkaise Beth B déploiera huit sculptures, du 9 février au 30 mars. L’exposition s’accompagne d’une rétrospective de son œuvre cinématographique et vidéo aux National Film Theatre, London Filmmaker’s Co-op et Ritzy Cinema , du 5 au 11 février.

Laurent Delaye travaillera aussi avec Sacha Dieu, un artiste français sorti de Goldsmiths College en 1994, et Jane Simpson, que l’on a vue dans "Some Went Mad... Some Ran Away" aux côtés de Reilly et English.

Depuis son entrée sur le marché en 1993, Jibby Beane a présenté dans son minuscule appartement de Gloucester Terrace vingt expositions et cinq concerts. Elle marque une pause après son exposition des mystérieux panneaux photographiques de la star du Goldsmith College Mira Bernabeu, qui s’est achevée le 30 janvier. Le temps pour elle de chercher un appartement plus spacieux et un espace où monter une rétrospective des artistes avec lesquels elle a travaillé, notamment Hadrian Piggott, Jane Simpson, Marcus Coates et Andy Shaw.

En attendant, elle rouvre le Jibby’s Art Club, sur Dean Street, les dimanches soirs à partir du 25 février. Performance, poésie et musique s’y mêleront dans un cocktail grisant. Il devenait urgent pour Jibby Beane de s’agrandir, ses confrères ayant mis la main sur deux de ses découvertes : Jane Simpson, qui exposera chez Laurent Delaye, et Hadrian Piggott, dont elle a vendu les sculptures en savon à Charles Saatchi. Elles trônaient au centre de sa galerie dans sa récente édition des "Jeunes artistes anglais V". "J’en ai assez de servir de tremplin aux garçons", soupirait Jibby Beane avec une exquise ambiguïté. Hadrian Piggott a rallié l’agence de Glenn Scott Wright, qui représente Rachel Evans ainsi qu’Abigaïl Laneand Langlands & Bell, dont on verra une exposition à la Serpentine Gallery du 30 avril au 2 juin.

Faggionato édite Freud
Gerard Faggionato s’est associé au marchand new-yorkais Matthew Marks pour éditer la nouvelle gravure de Lucian Freud, Bella in her Pluto T-shirt. Pluto est le nom du chien de la "Belle" et le logo de sa maison de mode. Chaque marchand prend la moitié des 36 exemplaires du tirage, qui seront vendus 6 500 livres. Un beau coup pour Gerard Faggionato, qui a sûrement noté, depuis sa nouvelle galerie du 49 Albermarle Street, l’intérêt de son voisin, Marlborough Fine Art, pour le marché des gravures de Freud : il a présenté voici quelques mois une rétrospective de tout l’œuvre gravé de l’artiste. Les deux marchands envisagent de renouveler leur association pour l’édition d’une nouvelle gravure, plus tard dans l’année.

Au calendrier de la galerie Faggionato, les nouvelles peintures de Mark Innerst, du 29 février au 4 avril, puis, du 9 mai au 11 juin, des sculptures et dessins de Julio González, qui expose actuellement à Madrid chez Elvira González.

Peter’s Friends
Peter Doig vient d’être élu au conseil d’administration de la Tate Gallery pour cinq ans, en remplacement de Richard Deacon, perpétuant avec Michael Craig-Martin la tradition qui attribue deux sièges à des artistes contemporains.

L’année pour lui s’annonce brillante. Il a figuré parmi les candidats retenus pour le prix Turner 1994, et la Tate Gallery a acquis à cette occasion Ski Jacket. La neige sera également le thème de sa nouvelle exposition chez Victoria Miro à la fin du mois (jusqu’au 8 mars). On le verra aussi à la Gesellschaft für Aktuelle Kunst de Brême, en juin, et à la Kunsthalle de Kiel, à la fin de l’année.

Les dix meilleures expositions
Les peintures à l’huile de Bridget Riley à Waddington Galleries (jusqu’au 2 mars), les gouaches de Bridget Riley chez Karsten Schubert (jusqu’au 2 mars), Tony Oursler à la Lisson Gallery (jusqu’au 24 février), les sculptures de Giuseppe Penone à la Frith Street Gallery (jusqu’au 16 mars), le "Stag Monument for George Macunias" de Joseph Beuys chez Anthony d’Offay (du 21 février au 21 avril), Eduardo Paolozzi chez Jason & Rhodes (du 21 février au 24 mars), Katsura Funakosi chez Annely Juda (jusqu’au 17 février), "Freestyle" de Peter Doig chez Victoria Miro (jusqu’au 8 mars), Mark Innerst chez Faggionato Fine Arts (du 29 février au 4 avril), "Velleitas" de Jana Sterbak à la Serpentine Gallery (jusqu’au 3 mars).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°22 du 1 février 1996, avec le titre suivant : Londres : succès pour les gravures de Freud

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque