Vendredi 20 septembre 2019

Londres

L’Institut Courtauld expose la collection de son fondateur

Un nouveau départ pour le musée, en liaison avec la National Gallery

Le Journal des Arts

Le 1 juin 1994 - 584 mots

Le musée de l’Institut Courtauld, dont le nouveau directeur est John Murdoch, présente à partir de ce mois une grande exposition centrée sur la collection privée de son fondateur, Samuel Courtauld.

LONDRES - Entre 1922 et 1932, l’industriel du textile avait acheté tout un ensemble d’importantes peintures françaises de la fin du dix-neuvième siècle. En 1931,lors de la fondation de l’Institut d’histoire de l’art, il lui fait don d’un certain nombre de ces œuvres. À sa mort, en 1947, un legs remit à l’institut d’autres pièces de sa collection.

Parmi les plus connues figurent Le Bar des Folies-Bergères de Manet, La Loge de Renoir, Autoportrait à l’oreille coupée de Van Gogh, La Montagne Sainte-Victoire de Cézanne, et Jeune femme se poudrant de Seurat. Ces œuvres essentielles seront présentées dans la Grande Salle de Somerset House, remise à neuf à cette occasion, et intégrée aux galeries du nouveau siège de l’Institut. La salle retrouvera autant que possible le plan originel de Sir William Chambers, architecte du bâtiment : les cloisons formant cimaises et le mobilier, installés dans les années 80 ont été supprimés, le plafond (de date ultérieure) a été muni d’un nouveau système d’éclairage, et les fenêtres ont été masquées, comme lorsque la Royal Academy occupait ces lieux, du temps de Reynolds et Gainsborough : la lumière naturelle vient des lunettes du plafond, et, désormais, l’éclairage est donc entièrement zénithal.

La collection privée de Courtauld regroupée
Viennent s’ajouter aux chefs-d’œuvre faisant partie du fonds du musée des œuvres prêtées qui ont appartenu autrefois à la collection privée de Courtauld : entre autres, La Seine à Asnières de Renoir, appelée ici The Skiff, (la yole) et La Gare Saint-Lazare de Monet, venues de la National Gallery, Le Printemps à Chatou de Renoir, provenant d’une collection particulière britannique, enfin, La Place Clichy de Renoir, prêtée par le Fitzwilliam Museum de Cambridge (et ayant appartenu à l’homme politique R. A. Butler, gendre de Courtauld).

Dans la première salle, plus petite, seront exposés les tableaux de dimension réduite, deux cabinets accueillant les dessins et les gravures dans les conditions d’éclairage appropriées. Parallèlement à l’exposition, la National Gallery, située à proximité, signalera à l’attention du public les peintures achetées grâce au don de 50 000 livres fait à la nation par Courtauld en 1923 pour financer l’acquisition d’œuvres impressionnistes.

L’exposition, d’une envergure sans précédent dans l’histoire du musée, bénéficie du soutien financier de la société américaine Cantor Fitzgerald. John Murdoch, directeur du musée de l’Institut Courtauld, prévoit d’organiser d’autres expositions dans la Grande Salle ; par ailleurs, on remet à neuf les galeries inférieures et on y revoit l’accrochage. On espère relancer ainsi la fréquentation du musée, faible actuellement (environ 300 visiteurs par jour). Le catalogue, auquel ont contribué plusieurs spécialistes sous la direction de John House, donne de nouveaux éléments sur l’histoire de la famille et de la collection Courtauld, et présente des documents jusqu’alors inédits, y compris des reçus pour les œuvres achetées. Il contient aussi une étude sur la place de la collection dans le contexte culturel des premières années de ce siècle, où l’idée même de collectionner des œuvres impressionnistes suscitait un vif débat, car d’aucuns y voyaient une activité antibritannique.

Une présentation de peintures des XVIIe et XIXe siècles occupera temporairement les galeries du niveau inférieur du bâtiment.

Courtauld Institute Galleries, "The Samuel Courtauld Collection", 16 juin - 25 septembre 1994. Le catalogue : "Impressionism for England. Samuel Courtauld as Patron and Collector"est publié par Yale University Press, au prix de 35 livres (300 francs).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°4 du 1 juin 1994, avec le titre suivant : L’Institut Courtauld expose la collection de son fondateur

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque