Lundi 20 septembre 2021

Art contemporain

Auberive (52)

L’excès de facilités du sculpteur Marc Petit

Abbaye d’Auberive - Jusqu’au 26 septembre 2021

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 24 août 2021 - 347 mots

Certains ont tant de talent qu’ils finiraient presque par en devenir agaçants. Petit est de ceux-là.

Né en 1961 dans le Lot, Marc Petit est un sculpteur – et dessinateur – remarquable. Formé à la taille et au modelage par René Fournier et Jean Lorquin, l’artiste possède une aisance rare quand il s’agit de donner forme à la figure et au drame humains. Il excelle dans l’art d’insuffler le poids de la vie à ses personnages, de leur faire supporter la faute et son inéluctable chute. Même quand ils tentent de s’élever, les corps sculptés de Marc Petit sont irrémédiablement rappelés à la loi de la gravité : tout, des têtes aux ventres, tombe superbement. Comme chez Rodin et chez Richier, Petit ne fait pas de « cadeau » à ses œuvres. Du premier, il conserve la trace du modelage et reprend l’art de l’assemblage ; de la seconde, il fait sien le mariage de l’homme et de l’animal – comment ne pas penser à La Mante devant une figure assise de Petit ? Pour l’exposition des dix dernières années de son travail à l’abbaye d’Auberive, prolongement de la rétrospective qui se déroula ici même en 2011, l’artiste a notamment créé une série de treize gargouilles. Certaines sont proprement admirables, comme celle retenant – ou poussant – le corps d’un enfant ou cette autre portant la couronne d’épine. Elles le sont d’autant plus que, grâce à son sujet, le sculpteur parvient à se défaire enfin du socle, quand il a tant de mal d’habitude à s’en dépêtrer – n’est pas Rodin qui veut… Malheureusement, Petit n’a pas fait que regarder Rodin et Richier, il se regarde aussi lui-même. Ainsi a-t-il mis en place une série de formules qu’il décline à l’infini, comme ces têtes ovoïdes plantées au bout d’un cou cassé, quand le simple moulage d’une écorce d’arbre suffirait à évoquer un corps et à faire œuvre. C’est sans doute le problème de Marc Petit : celui-ci a tant de facilités qu’il s’y laisse aller. Marc Petit fait du Marc Petit, quand on rêverait qu’il fasse de la sculpture.

« Marc Petit. Une décennie »,
Centre d’art d’Auberive, abbaye d’Auberive, 1, place de l’Abbaye, Auberive (52), www.abbaye-auberive.com

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°746 du 1 septembre 2021, avec le titre suivant : L’excès de facilités du sculpteur Marc Petit

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque