Vendredi 14 décembre 2018

Espace culturel Louis Vuitton, Paris

L'exaltation des sens

Par Bénédicte Ramade · L'ŒIL

Le 28 octobre 2009 - 311 mots

Si l’œuvre d’Olafur Eliasson – un ascenseur plongé dans l’obscurité totale sans le rassurant décompte des étages – n’a pas été créée pour l’exposition, elle se prête parfaitement au jeu de la « Confusion des sens ».

Quinze secondes dans le noir pour monter à l’espace culturel Vuitton, voilà qui conditionne sacrément la visite. Ensuite, le parcours permet de redescendre ce pic de stress éventuel en égrainant sagement sculptures, installations et peintures. Souvent dans l’épure, la sensation, la légèreté, elles ont été choisies parce qu’elles offraient un voyage intérieur.
À ce jeu de l’expérience à ressentir, quelques propositions se détachent grandement du lot comme cette salle ronde envahie de brouillard et de sons du quotidien remixés par Céleste Boursier-Mougenot. Le spectateur se retrouve dans un petit nuage et une ambiance domestique anachronique assez réussie. Blanc toujours avec l’aveuglante salle dévolue à Renaud Auguste-Dormeuil et ses Écritures nocturnes. Sur-éclairés, les murs de la pièce sont recouverts de braille, habités par une voix qui énumère les noms des grandes opérations militaires. Certaines sont restées dans les esprits comme « Tempête du désert » et d’autres sonneraient presque comme des promesses. Entre prophéties et mémoire, l’appréhension sollicite jusqu’au toucher des surfaces blanches en relief.
Enfin, parmi les huit participations d’artistes, Véronique Jourmard vient réchauffer l’ambiance plutôt feutrée et mystérieuse en habillant un corridor courbe d’orange. Là encore, il faudra braver cette timidité propre aux lieux d’art et s’appuyer sur l’œuvre pour y laisser une empreinte. La peinture utilisée ici est thermosensible. L’empreinte y est fugace et tisse un joli dialogue sur la place du spectateur, la prégnance d’un environnement sur une œuvre et la soi-disant neutralité d’un espace d’exposition. Plus qu’une confusion, l’espace Vuitton propose une exaltation sensorielle et introspective toute en douceur.

« La Confusion des sens », Espace culturel Louis Vuitton, 60, rue de Bassano, Paris VIIIe, www.louisvuitton.com/espaceculturel, jusqu’au 10 janvier 2010.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°618 du 1 novembre 2009, avec le titre suivant : L'exaltation des sens

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque