Dimanche 21 octobre 2018

musée

Les trésors de Sipan

L'ŒIL

Le 1 février 2001 - 266 mots

Si l’or au Pérou est communément associé aux Incas, il ne faut pas oublier la brièveté de cet empire (1467-1532), précédé par de nombreuses civilisations et cultures brillantes. Parmi elles, la civilisation Mochica s’est développée sur la côte Nord du Pérou du premier siècle de notre ère jusqu’en l’an 600. L’or caractérise ces cultures de l’Amérique du Sud, que ne possédaient pas les peuples de la Méso-Amérique : eux avaient l’écriture. 1988 est une date importante pour l’archéologie précolombienne. Walter Alva découvre la tombe du Seigneur de Sipan (datée de 290 ap. J.-C.) dans le Nord du Pérou, à 50 km au Sud-Ouest de Lambayeque. La richesse de cette découverte rivalise avec celle de la tombe de Toutankhamon révélée en 1922 par Howard Carter. La sépulture de ce personnage très puissant, ou roi local, était à l’intérieur d’une des deux pyramides du site de Sipan,
au niveau de la grande plate-forme.
Il était entouré de deux hommes et deux femmes, d’un chien, tous sacrifiés à la mort de leur maître. L’exposition met l’accent sur la maîtrise que la civilisation Mochica avait acquise en métallurgie (l’or,
le cuivre) et dans l’art des pierres précieuses, à travers plus de 200 pièces. Comme le prouvent la boucle d’oreille en or et turquoise et le sceptre en or orné de scènes où un chef guerrier frappe la tête d’un prisonnier. Ces trésors sont visibles pour la dernière fois en Europe puisqu’ils seront hébergés dans un nouveau musée, celui des Tombes royales de Sipan, près du site, et ne quitteront plus le territoire péruvien par décision gouvernementale.

BONN, Kunst und Ausstellungshalle, jusqu’au 29 avril.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°523 du 1 février 2001, avec le titre suivant : Les trésors de Sipan

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque