Jeudi 13 décembre 2018

musée

Les tombes égyptiennes exhumées

L'ŒIL

Le 1 mai 2001 - 232 mots

Le Musée d’Art et d’Histoire de Genève présente pour la première fois l’intégralité de la collection d’antiquités égyptiennes réunie par Martin Bodmer (1899-1971). L’ambitieux projet du financier visait à réunir manuscrits et livres rares de la littérature mondiale au sein de sa fondation à Coligny, en Suisse. Les pièces sont exposées dans trois espaces, référence au plan des tombes thébaines : dans l’antichambre, trônent des objets d’art de l’Ancien, Moyen et Nouvel Empire ; le long corridor renferme les papyri du dernier millénaire ; enfin, la chambre funéraire, où quatre vitrines simulent les piliers supportant la voûte, abrite des objets tardifs. Toutes religieuses, les œuvres, portrait du Fayoum ou statue-cube de Sobekhotep, relèvent d’un contexte funéraire ou votif. Les 12 papyri funéraires, hiéroglyphiques ou hiératiques (cursifs), appartenaient pour la plupart à des prêtres de rang moyen du clergé de Thèbes, capitale religieuse de l’Egypte. Intitulés Livres pour sortir au jour, ces manuscrits font intervenir la magie et le rituel parvenant à vaincre les forces maléfiques qui guettent le défunt dans sa quête d’immortalité. Loin des portraits et objets royaux ou princiers, la collection Bodmer propose, ce qui n’est pas si courant, une vision plus intime et plus populaire de la société égyptienne, tout en soulignant l’unité d’une religion qui implique l’ensemble de la société.

- GENEVE, Musée d’Art et d’Histoire, 2, rue Charles Galland, tél. 22 418 26 00, 5 avril-26 août.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°526 du 1 mai 2001, avec le titre suivant : Les tombes égyptiennes exhumées

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque