Les splendeurs de la maison de Savoie

Par Anouchka Roggeman · L'ŒIL

Le 24 mars 2009

La ville de Turin est à l’honneur au palais des Beaux-Arts de Bruxelles.

Expositions, projections de films, pièces de théâtre, spectacles de danse, ainsi qu’une installation de Maurizio Cattelan dans le hall Horta rendent hommage à la première capitale de l’Italie qui se prépare à célébrer en 2011 les 150 ans de l’unité italienne.
L’exposition « De Van Dyck à Bellotto » est certainement l’un des événements les plus attendus. Elle présente quelques-uns des chefs-d’œuvre de la collection d’œuvres d’art de la maison de Savoie, lignée noble qui gouverna la Savoie depuis le xie siècle et resta au pouvoir en Italie jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.
Comprenant cent vingt tableaux datés du xve au xviiie siècle, l’exposition retrace l’histoire de cette collection, initiée par Emmanuel-Philibert (1528-1580), le premier protecteur des arts et des lettres et propriétaire de nombreuses œuvres d’art, d’objets rarissimes et de livres précieux. Enrichie de dynastie en dynastie, la collection acquit en quelques décennies une réputation considérable en Europe. À partir de 1832, elle fut abritée à la Galleria Sabauda de Turin, lorsque Charles-Albert de Savoie décida d’ouvrir au public les splendeurs de sa lignée.
Outre l’intérêt de présenter les œuvres de maîtres italiens, dont celles de Bernardo Bellotto (Vue de Turin depuis le jardin royal, 1745), l’exposition met en lumière l’éclectisme et la modernité des goûts des différents souverains. Non seulement ces derniers acquirent des tableaux en tout genre, portraits, paysages, scènes religieuses et historiques et natures mortes, mais ils étaient aussi d’ardents collectionneurs de manuscrits enluminés et de tapisseries d’une très grande finesse.
Entièrement dédiée à la peinture caravagesque, la quatrième salle de l’exposition, où se trouve notamment la superbe Annonciation d’Orazio Gentileschi, témoigne de l’intérêt des ducs pour la peinture romaine de l’époque. Mais c’est dans la salle suivante, dédiée à la peinture flamande, que se trouvent les plus beaux chefs-d’œuvre. De superbes tableaux de Rubens (La Résurrection de Lazare, 1620), de Van Dyck et de Jan Brueghel de Velours mettent magnifiquement en lumière la passion des membres de la famille royale pour les maîtres flamands.

Voir

« De Van Dyck à Bellotto : splendeurs de la cour de Savoie », palais des Beaux-Arts, 23, rue Ravenstein, 1000, Bruxelles (Belgique), www.bozar.be, jusqu’au 24 mai 2009.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°612 du 1 avril 2009, avec le titre suivant : Les splendeurs de la maison de Savoie

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque