Mercredi 28 octobre 2020

Montréal (Canada)

Les Grecs à la conquête de l’Amérique

Musée d’archéologie et d’histoire Pointe-à-Callière, jusqu’au 26 avril 2015

Par Bénédicte Ramade · L'ŒIL

Le 17 février 2015 - 335 mots

Les chiffres donnent le tournis : vingt-deux institutions grecques alliées à quatre musées de l’est de l’Amérique du Nord (Gatineau en face d’Ottawa, Chicago et Washington) pour organiser la tournée de quelque cinq cents objets de la Grèce antique.

Et pour la première américaine, c’est le Musée Pointe-à-Callière de Montréal qui s’offre le privilège de faire découvrir des pièces pour certaines inédites en dehors du sol mythique du berceau de la civilisation occidentale. Dans une scénographie qui dramatise parfois à l’excès les artéfacts en surjouant leur présence par un jeu de douches lumineuses, le parcours déroule six thématiques chronologiques découpant cinq mille ans d’une histoire fabuleuse.  Les musées grecs n’ont pas lésiné sur les moyens en prêtant des joyaux comme le masque d’or d’Agamemnon dont la présence illumine la section dévolue à « l’âge de bronze mycénien ». L’art épuré et graphique des sculptures des Cyclades domine « le monde égéen préhistorique », tandis que « l’âge de fer » met en valeur les décors d’amphores et un portrait d’Homère. Les sourires énigmatiques et les silhouettes élégantes d’un kouros et d’une korè votifs habitent les salles de la « Grèce archaïque », qui réserve également des enfilades de casques impressionnantes. Évidemment, la « Grèce classique » est dominée par les portraits de ses illustres penseurs, de Platon à Aristote, jusqu’à Sophocle et Démosthène. La culture grecque rayonne, hélas parfois étouffée par la démultiplication d’écrans multimédia et de vidéos. Le besoin de spectaculariser et de divertir le visiteur pèse à certains moments, comme si l’exposition ne faisait pas assez confiance à ses joyaux pourtant si nombreux et époustouflants. La dernière section dominée par Alexandre le Grand témoigne de la puissance et du raffinement de la « Macédoine antique ». Carte de visite d’un pays malmené par la crise économique, « Les Grecs, d’Agamemnon à Alexandre le Grand » convainc par le nombre astronomique de prêts exceptionnels, une générosité en forme de rappel de l’importance de la place de la Grèce dans l’écriture des fondements de l’Occident.

« Les Grecs, d’Agamemnon à Alexandre le Grand »

Musée d’archéologie et d’histoire Pointe-à-Callière, 350, place Royale, Montréal (Canada), www.pacmusee.qc.ca

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°677 du 1 mars 2015, avec le titre suivant : Les Grecs à la conquête de l’Amérique

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque