Mardi 18 septembre 2018

Les galeries en fête à Saint-Germain

Par Armelle Malvoisin · L'ŒIL

Le 1 mai 2006 - 424 mots

Rien de tel qu’un long et beau week-end de mai pour se promener au cœur de l’un des plus beaux quartiers de Paris, où les galeries d’art se sont préparées pour leur événement annuel.

Pour la huitième année consécutive, les galeries d’art de Saint-Germain-des-Près convient les promeneurs du week-end à venir battre le pavé le long de ses deux grosses artères (la rue de Seine et la rue Mazarine) et alentours.
Dans une ambiance festive et chaleureuse, une centaine de marchands, pavillons dressés, attendent les visiteurs de pied ferme ; sur fond de champagne, d’amuse-bouches à grignoter, de musique, de gens dans les rues, de discussions légères ou profondes, d’éclats de rire, de femmes qui viennent montrer leurs robes et même de people en balade. Il faut savoir alors s’approcher d’un des galeristes et l’écouter parler de « ses » artistes.

Une continuité historique et une véritable ambiance
L’art moderne et contemporain restent très présents dans ce quartier historique fréquenté depuis longtemps par les artistes et écrivains.
Au fil du temps, l’Art déco, et dans son prolongement le design d’après-guerre, y ont trouvé leur place. C’est également à Saint-Germain-des-Près que se nichent les plus prestigieuses enseignes d’arts primitifs.
Au final, une concentration exceptionnelle de galeries (une centaine !). Déjà en 2005, une demi-douzaine de nouveaux marchands étaient venus renforcer cette tradition soit en montrant du mobilier du xxe siècle, soit en exposant de jeunes artistes.

Avec ses petites phrases,
Ben ponctue la promenade « L’art est inutile rentrez chez vous », écrit Ben sur l’une des nombreuses banderoles qui jalonneront les rues de Saint-Germain-des-Près.
L’artiste facétieux du groupe Fluxus connu pour jongler avec les mots (notamment sur des panneaux noirs) a été choisi pour animer la manifestation.
À coup de mots d’humeur et de phrases humoristiques. Sa performance sera doublée de la projection en continu de deux films (rue Jacques Callot), Le non film et Tout recommence toujours.
Un défilé de mode des créations des élèves de l’atelier Chardon-Savard sur le thème du bleu de travail au costume d’académicien parcourra le quartier où le code couleur bleu sera de mise. Le tout en musique avec la fanfare des Beaux-Arts qui, déambulant dans les rues, nous promet quelques joyeusetés sonores.
Enfin, Saint-Germain-des-Près est aussi indissociable de ses bistrots pleins de charme. En terrasse rue Jacques Callot, il y a les adeptes de La Palette (angle de la rue de Seine) et les inconditionnels du Mazarin (angle de la rue Mazarine). Le Chai de l’Abbaye, rue de Buci. Le Bistrot Ernest et le café Jade, rue de Seine.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°580 du 1 mai 2006, avec le titre suivant : Les galeries en fête à Saint-Germain

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque