Lundi 17 décembre 2018

musée

Les fantasmagories islamiques

L'ŒIL

Le 1 mai 2001 - 190 mots

Le Musée du Louvre se propose de nous faire pénétrer l’étrange et le merveilleux des terres d’Islam, au travers de 200 objets (miniatures, textiles, métaux, céramiques...) issus du Proche-Orient, de l’Inde et de la Chine. Destinée à nous familiariser avec l’imaginaire du monde islamique, cette exposition s’ouvre sur l’évocation des Mille et Une Nuits et se poursuit par une vision du monde et de ses merveilles telle que l’ont décrite plusieurs auteurs médiévaux. Elle aborde ensuite le merveilleux littéraire et la magie pour se clore avec quelques aperçus des domaines mystiques et ésotériques. L’étrange étonne alors que le merveilleux tient du surnaturel. La littérature du merveilleux engendre un bestiaire fabuleux où l’on retrouve des animaux fantastiques hérités du monde extrême-oriental (le dragon, le qilin, animal fantastique polymorphe), de l’Antiquité (sphinx, griffon, harpie, aigle à deux têtes), mais aussi des animaux imaginaires comme les monstres marins ou encore des êtres surnaturels tels les div (génies malfaisants ou bienfaisants aux physiques burlesques), ou enfin les anges.

- PARIS, Musée du Louvre, Hall Napoléon, Palais du Louvre, tél. 01 40 20 50 50, 27 avril-23 juillet, cat. éd. RMN., 280 p., 350 F.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°526 du 1 mai 2001, avec le titre suivant : Les fantasmagories islamiques

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque