Mercredi 26 septembre 2018

Bari

Les dons de Saint Nicolas

Le Journal des Arts

Le 27 juillet 2007 - 433 mots

De précieuses icônes du monastère de Sainte Catherine du Sinaï figurent parmi les cent vingt trois œuvres exposées au Castello Svevo.

 BARI - L’un des principaux attraits de l’exposition « Saint Nicolas, splendeurs de l’art d’Orient et d’Occident », présentée au Castello Svevo à Bari jusqu’au 6 mai, tient à la possibilité de découvrir de précieuses icônes provenant du Monastère de Sainte Catherine du Sinaï. Les plus anciennes représentations picturales de Saint Nicolas ne devaient toutefois intégrer l’exposition qu’à partir du mois de février. Habituellement conservées dans une région au climat extrêmement sec, les œuvres ne peuvent être exposées plus de cent jours consécutifs au risque d’être endommagées. Ces questions relatives à leur conservation expliquent le caractère exceptionnel de cette présentation en Europe.
L’exposition, centrée sur le personnage, le culte et la vénération de Saint Nicolas, permet de revenir sur les différentes étapes de sa vie et des événements qui ont fait de lui un saint universel. Parmi les cent vingt trois pièces exposées à Bari figurent des icônes, des ivoires, de l’orfèvrerie, de l’argenterie, des sculptures, des parements sacrés, et des miniatures. De nombreuses peintures de Fra Angelico, Paolo Veneziano, Lorenzo Monaco, Andrea Orcagna, Lorenzo Lotto, Corrado Giaquinto, Alvise et Bartolomeo Vivarini, Mattia Preti, Jan Steen ou même Andy Warhol mettent en évidence la persistance de la représentation du saint dans différents pays et cultures mais aussi à travers les âges, jusqu’au XXe siècle.

Les reliques du saint à Bari
L’exposition débute à une époque, située entre le IVe et le Xe siècles, où le tombeau du saint à Myre devient un lieu de pèlerinage. Ses hagiographes se penchent alors sur sa vie tandis que sont réalisées ses premières représentations non encore codifiées. Son iconographie est ensuite rapidement fixée grâce à l’extraordinaire succès rencontré par la figure de Saint Nicolas à Byzance, puis dans le monde de l’Église d’Orient et jusqu’en Russie. La quatrième section de l’exposition est dédiée au transfert des reliques de Myre, en Turquie, à Bari, au printemps 1087. Après cet événement, la représentation de Saint Nicolas adopte de nouveaux codes, qui se répandront à partir des plus importants ports de la Méditerranée. Dans tout l’Occident seront aussi consacrés de nombreux lieux de culte au saint. L’exposition est enfin complétée par une petite annexe consacrée au personnage de Saint Nicolas qui distribue des cadeaux aux enfants dans de nombreux pays d’Europe, le 6 décembre, jour de sa fête.

Angela Maria Melilli

SAINT NICOLAS, SPLENDEURS DE L’ART D’ORIENT ET D’OCCIDENT

Jusqu’au 6 mai, Castello Svevo, Piazza Federico II Di Svevia 2, Bari, tél. 39 080 52 143 61, tlj 9h30-19h30. Catalogue éd. Skira.

SAINT NICOLAS, SPLENDEURS DE L'ART D'ORIENT ET D'OCCIDENT

- Commissaire : Michele Bacci, de l’Université de Sienne, en collaboration avec Fabio Marcelli, de l’Université de Pérouse - Nombre d’œuvres : 123

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°252 du 2 février 2007, avec le titre suivant : Les dons de Saint Nicolas

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque