Les derniers jours de l’Empereur

Par Lucien Rieul · L'ŒIL

Le 30 mai 2016 - 204 mots

Catalogue - Le 18 juin 1815, la défaite des Français à Waterloo face aux troupes menées par le duc de Wellington parachève la fin du règne de Napoléon Ier.

L’empereur abdique six jours plus tard et se retrouve déporté sur l’île britannique de Sainte-Hélène, au milieu de l’océan Atlantique. Bien qu’il n’y demeurera que six ans, jusqu’à son décès en 1821, cet épisode est l’un des plus célèbres de l’historiographie de Napoléon. Le Musée de l’armée, qui consacre une exposition à cette période de sa vie, publie aux éditions Gallimard un impressionnant catalogue de trois cents pages. Avec une quinzaine de textes au sommaire, l’ouvrage divisé en chapitres jouit d’une mise en page étudiée, avec notamment la jaquette se dépliant en un fac-similé d’une carte de Sainte-Hélène datée de 1815. Chaque objet présent dans l’exposition y est reproduit et accompagné de renseignements, jusqu’à la taie d’oreiller traitée avec la même exhaustivité que le mobilier rénové de Longwood House. Si le foisonnement des termes laudatifs dans les textes irrite par moments, ceux-là s’avèrent instructifs et richement documentés, notamment lorsqu’ils relatent l’écriture du Mémorial, le récit qui réhabilitera l’empereur déchu en figure providentielle.

Napoléon à Sainte-Hélène.

La conquête de la mémoire, Gallimard, 304 p., 35 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°691 du 1 juin 2016, avec le titre suivant : Les derniers jours de l’Empereur

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque