ART CONTEMPORAIN

Les corps-à-corps du Centre Pompidou

Par Magali Lesauvage · Le Journal des Arts

Le 31 octobre 2017 - 553 mots

Avec une exposition au Tripostal de Lille consacrée à la performance, le Centre Pompidou poursuit l’exploration de ses collections à l’occasion de son 40e anniversaire. Un exercice périlleux et passionnant.

Lille. Énième événement régional (sur un total de 65) célébrant depuis le début de l’année le 40e anniversaire du Centre Pompidou, l’exposition « Performance ! » au Tripostal de Lille met en exergue le thème élargi de l’« instant éphémère » dans les collections du Musée national d’art moderne, en parallèle de « Jeux, rituels & récréations » à la Gare Saint-Sauveur – plus spécifiquement consacrée au thème du jeu dans l’art vidéo, et qui réunit une trentaine d’œuvres, de Francis Alÿs à Latoya Ruby Frazier, déployées le long de la monumentale installation de fils noirs La Bruja de Cildo Meireles. La performance étant ici entendue au sens large des « possibilités du corps », l’exercice d’équilibriste pouvait se révéler périlleux, mais démontre plutôt de la part de ses deux commissaires, Bernard Blistène, directeur du musée, et la conservatrice Marcella Lista, une connaissance éprouvée du champ et de ses ramifications multiples : danse, théâtre, installation, vidéo, musique.

C’est donc par une série de pirouettes que se visite l’exposition « Performance ! ». Un mouvement chorégraphique à comprendre au sens littéral, tel que le transmettent d’un visiteur à l’autre Xavier Le Roy et Scarlet Yu chaque week-end, lors d’une performance participative. Comme celui qui, à l’intersection entre histoire sociale et muséologie, fait danser Lili Reynaud Dewar dans la vidéo I am intact and I don’t care : la peau nue teintée de noir, l’artiste rejoue les clichés de la supériorité culturelle occidentale dans l’espace anonyme du musée. Avec des vidéos de Trisha Brown et William Forsythe, l’exposition projette ainsi immédiatement le visiteur dans le mouvement, perçu comme énergie vitale et mode de création premier, mais aussi mode de communication sociale chez Aernout Mik, dont la vidéo Park ramène les individus à leurs interactions inconscientes.

Effacement progressif de la figure humaine
Puis, la démonstration se poursuit aux étages sur un rythme plus assagi. Celui du théâtre notamment, auquel nous introduit le vaste rideau-patchwork de l’artiste mexicaine Pia Camil. Dans la bouleversante vidéo Isola Bella de Danica Dakic, le spectacle est cet îlot hors du monde, où des acteurs handicapés se révèlent sous le masque, dans la plus grande liberté. Le maquillage est aussi le composant de la révélation éphémère : de Bruce Nauman « chamanisé » à Eleanor Antin masculinisée, il accompagne la métamorphose du performeur. Celle qui permet de confondre la muse et l’artiste dans le 35e opus vidéo ultra-kitsch de la série « Body Double » de Brice Dellsperger, revival disco des bacchanales antiques.

À mesure que l’on avance dans l’exposition, le propos se fait plus éthéré, pour aboutir à des œuvres plus méditatives. Le Ghost Drum Set, sculpture pâle et molle de Claes Oldenburg, ne laisse filtrer aucun son, tandis que la figure accroupie de Dennis Oppenheim, Attempt to raise hell, attend patiemment le moment du réveil, violemment signifié par un coup de cloche qui lui entaille le front. Enfin, avec sa vaste installation numérique Data Tron, Ryoji Ikeda évacue définitivement la figure humaine au profit de la contemplation du spectacle abstrait de notre dématérialisation.

Performance ! Les collections du Centre Pompidou, 1967-2017,
jusqu’au 14 janvier 2018, Tripostal, avenue Willy Brandt, 59000 Lille.
Jeux, rituels & récréations,
jusqu’au 5 novembre, Gare Saint-Sauveur, boulevard Jean-Baptiste Lebas, 59000 Lille.
Légende photo

Lili Reynaud Dewar, I am intact and I don’t care, 2013, collection du Centre Pompidou. © Lili Reynaud Dewar.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°488 du 3 novembre 2017, avec le titre suivant : Les corps-à-corps du Centre Pompidou

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque