Les Brèves : Orfèvrerie précolombienne, "Dessiner la nature", "Nouvelles impressions d’Afrique"...

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 septembre 1996

"Civilisations du soleil : chefs-d’œuvre d’orfèvrerie précolombienne du Musée de l’Or de Bogota" se tiendra du 18 septembre au 16 décembre au Musée des Augustins à Toulouse. Plus de trois cents pièces prêtées par le prestigieux Museo del Oro témoigneront de la richesse artistique des différentes civilisations qui se sont épanouies sur le territoire colombien entre 500 avant J.-C. et la conquête espagnole : Calima, San Agustin, Nariño, Tolima et Quimbaya au sud-ouest, Sinú, Tairona et Muisca au nord. Quelques pièces prestigieuses – pectoraux en forme d’êtres humains ailés ou à queue de serpent, narigueras en forme de papillons, pendentifs en forme de lézard, etc. – apporteront en outre la preuve de la maîtrise technique à laquelle ces civilisations étaient parvenues.

"Dessiner la nature" présentera les possibilités infinies que la nature offre à l’artiste, grâce à cent trente dessins et manuscrits, datant du XVIIe au XVIIIe siècle, exposés du 19 septembre au 20 octobre à l’Espace Electra-Fondation Électricité de France (6, rue Récamier, 75007 Paris). Ces œuvres sont issues des fonds de trente-cinq bibliothèques, de Paris et de province, et sont pour la plupart rarement montrées au public.

"Nouvelles impressions d’Afrique" explore jusqu’au 31 octobre, à la Galerie Beaubourg à Vence, les relations continues qu’entretiennent les créations plastiques d’artistes contemporains tels que Arman, Baselitz, Basquiat, César, Di Rosa, Keith Haring, A.R. Penck, Spoerri et Tinguely avec l’art des sculpteurs Dogon, Bambara, Dan, Baoulé, Sénufo, Nok, Yoruba, Fang, Punu, Kota… En tout, une cinquantaine de pièces contemporaines et une centaine de statuettes et de masques à vendre.

"La dentellière et le chirurgien : savoir-faire aujourd’hui pour demain", du 10 septembre au 6 octobre à la Maison de Radio-France à Paris, met en lumière le rôle du savoir des métiers dans la société contemporaine. Les prothèses ligamentaires réalisées à partir de points de dentelle, le nouveau design des couteaux Laguiole dessiné par Starck, les vitraux de l’abbaye de Conques exécutés par Soulages : autant d’exemples de la modernité des tours de main d’artisans et de maîtres d’art, dont la préservation et la transmission sont au cœur des innovations industrielles et du processus créatif.

Septembre de la Photo (6 septembre - 6 octobre) propose, à travers treize lieux entre Nice, Biot et Tourettes-sur-Loup, un regard sur la photographie britannique. Intitulée, "La Promenade des Anglais", la IVe Biennale organisée par la Ville de Nice reprend au Musée Matisse l’exposition "Souveraine Angleterre", présentée à Paris à partir d’archives de la Royal Photographic Society. La Galerie-Musée Mossa expose la jeune génération, Chris Killip et Martin Parr ; la Galerie Renoir le grand reporter Don Mac Cullin ; la Galerie du Château George Rodger, co-fondateur de Magnum… Bill Brandt occupera le Musée Fernand Léger de Biot. À noter également une exposition Nick Waplington à la Fnac-Nice, où le critique Patrick Roegiers animera une conférence-débat le 7 septembre.

Lise Sarfati, Prix Niepce 96, doté de 70 000 francs par la Fondation d’entreprise Hewlett-Packard France, présente au Centre national de la Photographie (CNP, 11, rue Berryer 75008 Paris, 18 septembre - 21 octobre) une soixantaine de photographies témoignant de la douloureuse transition que vit l’ex-Union Soviétique. Intitulée "Mémoire et fugue", cette exposition montre les ravages de l’industrialisation ainsi que l’errance d’adolescents. Parallèlement, le CNP accroche une rétrospective Umbo, "Du Bauhaus au Photojournalisme" en 140 photographies, ainsi que les travaux des lauréats de la dernière Biennale "Moins Trente", Jean-François Campos, Florence Haerdter, Silvana Reggiardo et Bruno Tartarin.

Les Pyramides du plateau de Gizeh, Chéops, Chépren et Mykérinos, sont le thème d’une exposition présentée par la Mission du patrimoine photographique à l’Hôtel de Sully (62, rue Saint-Antoine 75004 Paris, 24 septembre - 5 janvier). De Maxime Du Camp à Lynn Davis, en passant par Felice Beato, Henri Cartier-Bresson, Lee Friedlander, Duane Michals… nombre de photographes ont été fascinés par ces monuments. Un ouvrage est publié chez Marval (188 p., 395 F).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°28 du 1 septembre 1996, avec le titre suivant : Les Brèves : Orfèvrerie précolombienne, "Dessiner la nature", "Nouvelles impressions d’Afrique"...

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque