Jeudi 13 décembre 2018

Les Brèves: L’exposition "Monet en Norvège", La Cité des sciences, Le Musée national de la céramique..

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 décembre 1995 - 642 mots

L’exposition "Monet en Norvège" au Musée Rodin est prolongée jusqu’au 7 janvier. Entièrement consacrée aux paysages peints par l’artiste dans ce pays en 1895, elle regroupe, dans une scénographie signée Didier Gomez, 12 toiles, 23 dessins et une quarantaine de photographies.
Ouvert tlj, sauf le lundi, de 9h30 à 17h15.

La Cité des sciences et de l’industrie présente, jusqu’au 31 août, les fac-similés de 350 dessins techniques originaux exécutés par les ingénieurs-artistes de la Renaissance italienne – Brunelleschi, Léonard de Vinci, mais aussi Taccola et Francesco di Giorgio –, ainsi que 47 maquettes de machines, dont 30 sont opérationnelles. Des démonstrations seront effectuées à heures fixe, et des bornes informatiques permettront de comprendre le fonctionnement des machines grâce à des images de synthèse et des films. Clou de l’exposition, la machine volante de Léonard de Vinci, d’une envergure de 11 mètres, sera présentée en "simulation de vol".

Le Musée national de la céramique, à Sèvres, propose jusqu’au 1er janvier un panorama de l’art du verre d’aujourd’hui : "Chefs-d’œuvre du verre contemporain" regroupe 250 œuvres d’une trentaine d’artistes français, tchèques, hollandais, anglais et italiens.

Le Musée de l’histoire vivante, à Montreuil, rend hommage, jusqu’au 30 décembre, au groupe de cinéastes, d’acteurs et de techniciens russes qui s’étaient établis dans cette ville en 1920, après avoir fui la guerre civile. Costumes, affiches, maquettes et photos du Studio Albatros, croquis pour décors évoquent ces émigrés qui ont revitalisé le cinéma français.

Une rétrospective Goya réunira environ cent quarante peintures au Musée du Prado à Madrid, à partir du 30 mars 1996, année du 250e anniversaire de la naissance du peintre. Le Prado présentera également une sélection de dessins, les gravures seront exposées à la Bibliothèque nationale, les lithographies, à la Chalcographie nationale, et les dessins satiriques, ainsi que les tapisseries, au Palais royal. Parallèlement, Manuela Mena, directeur-adjoint du Prado, prépare une exposition Goya-Picasso au Centro de Arte Reina Sofia. Cette commémoration fera également une large place à la musique, au théâtre et au cinéma.

Sam Francis fait l’objet d’une exposition consacrée à sa période parisienne (1950-1961) à la Galerie nationale du Jeu de Paume, du 12 décembre au 18 février. Un retour aux sources, puisque le jeune artiste fréquenta assidûment les lieux dans les années cinquante, alors qu’il développait une peinture au point d’intersection de l’Expressionnisme abstrait américain et de la tradition française héritée des Nymphéas, tout proches…

Victor Vasarely expose une trentaine de peintures, ainsi qu’une série de dessins et deux sculptures au Musée olympique de Lausanne, jusqu’au 25 février. De son Autoportrait de 1941, aux polychromies combinatoires des années quatre-vingt, en passant par sa période "blanc et noir", cette mini-rétrospective retrace les différentes étapes de la carrière du pape de l’Optical Art.

Jean-Louis Forain a les honneurs de la Fondation de l’Hermitage, à Lausanne, jusqu’au 7 janvier. Cent vingt peintures, pastels, gouaches, aquarelles et dessins permettent de redécouvrir la carrière d’un artiste demeuré trop longtemps dans l’ombre d’un Degas.

Marc Chagall fut chargé par Ambroise Vollard, en 1926, de réaliser une centaine de gouaches pour illustrer les Fables de La Fontaine. Dispersées avant-guerre, quarante-trois d’entre elles ont pu être retrouvées, et vingt-neuf sont exposées au Musée d’art moderne de Céret, jusqu’au 8 janvier.

La neuvième édition du Mois de la photo à Paris, en novembre 1996, aura trois thèmes : "Un art en partage : duos, couples, jumeaux" (président du comité de sélection, Patrick Roegiers) et "L’ailleurs : voyages lointains, itinéraires, expéditions" (président, André Rouillé). Selon Jean-Luc Monterosso, directeur artistique de la manifestation, la notion de gémellité pourrait être élargie aux dynasties de photographes (Nadar, les frères Manuel…), tandis que la découverte du monde devrait inclure les "itinéraires secrets ou intimes" qui iraient au-delà de la simple notion d’exotisme. Un troisième thème, "Présences étrangères", rendra hommage aux centres culturels étrangers à Paris, à travers leurs choix, leurs partis pris et leurs découvertes. En 1992, le Mois avait salué l’activité des galeries privées.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°20 du 1 décembre 1995, avec le titre suivant : Les Brèves: L’exposition "Monet en Norvège", La Cité des sciences, Le Musée national de la céramique..

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque