Vendredi 14 décembre 2018

Les Brèves: Les tableaux d’une exposition, Le Musée d’Orsay..

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 octobre 1995 - 823 mots

Les tableaux d’une exposition
Avec Cézanne, Le Journal des Arts  crée une collection de petits albums d’art de 24 pages couleurs, "Les tableaux d’une exposition", qui essaient de répondre à une demande de nos lecteurs que, ni la formule du noir et blanc à laquelle nous demeurons plus que jamais attachés pour le journal, ni les conditions techniques de fabrication que nous avons retenues pour couvrir l’actualité au plus près, ne nous permettent de satisfaire.

Le principe en est simple : demander à un auteur – Alain Madeleine-Perdrillat pour Cézanne – de choisir et de commenter, parmi les tableaux exceptionnellement réunis à l’occa­sion d’une exposition, une quinzaine d’œu­vres essentielles. Ce commentaire don­ne des clés permettant au lecteur de visiter ensuite l’exposition à son rythme et selon ses goûts. L’ouvrage (20 F) est mis en vente en kiosques et envoyé à tous nos abonnés.

Le Musée d’Orsay propose, jusqu’au 7 janvier, quatre expositions-dossiers dans le cadre du Centenaire du cinématographe.

"Lanternes magiques, tableaux transparents" retrace l’histoire de cet ancêtre du projecteur, qui se perfectionnera jusqu’à donner naissance à la "lanterne à projections", en 1880. Les dessins sont alors remplacés par des photographies, destinées à illustrer des conférences. Il ne restait plus qu’à y ajouter le mouvement.

Comme l’explique "Avant le cinéma : photographie et mouvement", ce sont précisément les performances accrues en matière d’instantanéité qui donneront à Muybridge et Marey l’idée de faire de la photographie l’auxiliaire d’une science du mouvement. En regard de leurs recherches, l’exposition propose une sélection d’instantanés de Nadar, Louis Robert, Charles Nègre, Henri Rivière, Pierre Bonnard…

"Autour de Robert-Houdin, magie et illusionnisme" rappelle ce que l’invention du cinéma doit à l’illusionnisme et dresse un panorama de l’histoire de la magie : depuis L’Escamoteur de Bosch jusqu’aux automates de Robert-Houdin.

Portraits, objets, appareils, affiches et partitions illustrent l’exposition "Musique et cinéma muet", qui revient sur la trentaine d’années qui a précédé l’apparition du parlant. En complément, un festival "Musique et cinéma" est organisé, du 12 octobre au 4 novembre, à l’auditorium (rens. au 40 49 49 69).

Hervé Télémaque et ses "œuvres d’après nature" sont exposés jusqu’au 5 novembre à l’Espace Électra (6, rue Récamier 75007 Paris). Le triptyque Vallée de l’omo, avec ses dessins préparatoires, occupe toute la mezzanine de l’Espace. Réalisé en 1986 pour la Cité des sciences et de l’industrie, il évoque l’aventure de l’homme primitif. Au rez-de-chaussée, un choix rétrospectif de tableaux et de dessins compose "le nouveau traité du paysage" proposé par Hervé Télémaque.

Le Musée Rath à Genève rassemble, du 27 octobre jusqu’au 7 janvier, près de 200 œuvres autour du thème "1945, Les figures de la liberté". D’Arp à Wols, en passant par Bacon, Bonnard, Kline, Soulages, Vedova… l’exposition se structure en trois volets : l’image en souffrance ou la figuration défigurée, l’esprit de reconstruction : entre espace et mouvement, Art in process : écriture automatique et geste informel. Elle veut souligner l’esprit d’ouverture de cette époque et tente de cerner les dimensions internationales de l’art d’après guerre. Un catalogue de 280 pages est publié par le Musée d’art et d’histoire et diffusé par Skira.

Chefs-d’œuvre français de Copenhague à Orsay
Pendant la durée des travaux d’agrandissement de la Ny Carlsberg Glyptotek de Copenhague, une centaine de peintures, dessins, gravures, photographies et sculptures françaises seront présentées au Musée d’Orsay, du 12 octobre au 28 janvier. Cette collection danoise a été constituée grâce à la fortune de Carl Jacobsen, fils du fondateur des brasseries Carlsberg.

Elle est surtout connue pour ses antiques et ses sculptures, mais comprend aussi un ensemble important d’œuvres de Manet, Monet, Cézanne, Degas, Toulouse-Lautrec, Gauguin, Van Gogh... dont plusieurs tableaux seront exposés. Exceptionnellement, les trois versions du Baiser de Rodin seront réunies pour la première fois (Musée Rodin, Ny Carlsberg Glyptotek, Tate Gallery de Londres).

Jean de La Fontaine à la Bibliothèque nationale
Pour le tricentenaire de sa mort, la Bibliothèque nationale rend hommage au fabuliste du Grand siècle. Trois cent cinquante pièces – manuscrits, éditions originales, dessins, peintures, mobilier, tapisseries... –, prêtées par plusieurs bibliothèques et musées français et étrangers, seront exposées du 4 octobre au 14 janvier.

La diversité des objets et des époques présentées mettent en lumière les multiples sources auxquelles La Fontaine a puisé son inspiration, autant que les créations que son œuvre a suscitées. Le parcours de l’exposition est divisé en trois sections : la poésie galante de ses débuts, les Contes libertins et joyeux, dont s’inspirèrent notamment Subleyras, Boucher, Fragonard... et, bien sûr, les fables.

Jean Schlumberger au Musée des arts décoratifs
La nef du Musée des arts décoratifs, à Paris, accueille une exposition consacrée au créateur de bijoux Jean Schlumberger, du 21 octobre au 25 février. "Un diamant dans la ville, 1907-1987" réunit deux cents bijoux et objets en provenance du Musée des beaux-arts de Richmond et de collections privées, américaines et européennes. La maison Tiffany, avec laquelle Jean Schlumberger a longtemps collaboré, a apporté son concours à l’exposition, dont la scénographie a été confiée à Hilton Mc Connico.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°18 du 1 octobre 1995, avec le titre suivant : Les Brèves: Les tableaux d’une exposition, Le Musée d’Orsay..

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque