Dimanche 1 novembre 2020

Musée

Les Brèves : La rétrospective Lygia Clark, le Musée Cernuschi fête son centenaire ...

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 27 mars 1998 - 762 mots

PARIS

Le Musée Picasso de Paris présente, du 1er avril au 29 juin, son fonds propre de 27 papiers collés, réalisés durant la période cubiste ou ultérieurement. Quelques pièces phares du Centre Pompidou et du Musée d’art moderne de Villeneuve-d’Ascq viennent enrichir cette présentation, tandis que des dessins, peintures et carnets d’études illustrent les rebondissements constants d’une technique à une autre dans l’œuvre de Picasso. En contrepoint, une section documentaire évoque l’accueil réservé à ce nouveau mode d’expression par les poètes – notamment les Surréalistes – et les collectionneurs.

Le Victoria & Albert Museum prépare, pour avril 2000, “la plus importante exposition sur l’Art nouveau jamais organisée”. “Décadence et rêves, Art nouveau, 1890-1914” étudiera la création et le design du début du siècle dans 13 villes : Barcelone, Bruxelles, Budapest, Chicago, Glasgow, Helsinki, Moscou, Munich, New York, Paris, Prague, Turin et Vienne. Les artistes et les designers présentés – Beardsley, Gauguin, Gallé, Gaudi, Mackintosh, Mucha, Munch, Tiffany, Toulouse-Lautrec – donnent une idée de l’ampleur de la manifestation.

Du 28 mars au 31 janvier 1999, cinq musées mulhousiens organisent des manifestations sur le thème de “l’imaginaire industriel”, pour saluer le bicentenaire du rattachement de leur ville à la France. Parmi les participants, le Musée de l’impression sur étoffe montre comment la production de masse a pu être présentée comme un argument publicitaire, synonyme d’opulence et de variété ; le Musée du papier peint s’intéresse à l’illusionnisme des motifs qui introduisent art et rêve dans les foyers, et le Musée français du chemin de fer évoque l’évolution du design ferroviaire au cours du XXe siècle. Renseignements au 03 89 45 86 11.

Le Musée archéologique de Strasbourg expose, jusqu’au 31 décembre, les antiquités égyptiennes léguées en 1929 par l’archéologue amateur Gustave Léon Schlumberger, aux côtés de la collection égyptologique de l’université de Strasbourg. Ces objets, habituellement conservés dans les réserves, dressent un tableau de l’Égypte ancienne et sa redécouverte par l’Europe.

Vincent Van Gogh était un visiteur assidu de la collection de Sir Richard Wallace pendant son séjour à Londres entre 1873 et 1876. Il admirait particulièrement les tableaux de Rousseau, Ary Scheffer et même Meissonnier. Une des surprises de cette exposition-dossier de la Wallace Collection, à Londres jusqu’au 17 mai, est de révéler l’intérêt inattendu de Van Gogh pour une peinture aussi classique. Tout au long de sa carrière, l’artiste s’est ainsi inspiré des paysages de Rousseau, dont il possédait des gravures.

La rétrospective Lygia Clark, après la Fundació Antoni Tàpies de Barcelone, est présentée au MAC, Galeries contemporaines des Musées de Marseille (tél. 04 91 25 01 07) jusqu’au 12 avril. De ses débuts au Brésil, marqués par l’influence des constructivistes, à ses performances – les “séances” –, son œuvre apparaît intimement liée à sa propre vie.

Ici et maintenant (encore) se propose d’exposer les travaux réalisés par quinze artistes assistés par de jeunes reprographes en formation professionnelle, rencontres organisées par l’Association de prévention du site de La Villette et du parc de La Villette. Du 3 avril au 9 mai, Mohamed El Baz, Richard Fauguet, Matthieu Laurette, Fabrice Hybert, Ghada Amer présentent ainsi des œuvres originales à la Galerie de la Caisse des dépôts et consi-­gnations (13 quai Voltaire, 75007 Paris, tél. 01 40 49 41 66).

Le vidéaste Robert Cahen, qui vit et travaille à Mulhouse et Paris, expose jusqu’au 26 avril quatre installations vidéos dans l’espace du Frac Alsace à Sélestat (tél. 03 88 58 87 55). Plus habitué aux seules vidéos, il a réalisé ici ses premières installations, fidèles à ses préoccupations : la juxtaposition d’éléments fixes et d’autres en mouvement, des oscillations ou une multiplication des points de vue.

Le Museo Minguzzi à Milan rassemble, jusqu’au 12 juillet, près de 70 esquisses en plâtre sculptées par des artistes italiens du XIXe siècle, de Vincenzo Vela à Medardo Rosso, du néoclassicisme aux avant-gardes. Rapprochées d’une soixantaine de dessins, ces études constituent un témoignage irremplaçable sur la genèse d’une œuvre, tout en affirmant leur capacité à être considérées comme des pièces autonomes.

Pour fêter son centenaire, le Musée Cernuschi à Paris rend hommage à son fondateur, ce voyageur infatigable et amateur éclairé qui a rapporté en France quelque 5 000 objets d’Extrême-Orient. L’exposition montre, du 8 avril au 22 juin, une sélection de 135 pièces parmi les chefs-d’œuvre du musée : des livres illustrés japonais, des plats en porcelaine de Kutani, des bronzes chinois produits entre le XVIe et le XIe siècle avant notre ère, et surtout la magnifique collection de bronzes japonais d’Edo (1610-1868) qui a été une révélation pour le public et les artistes français du XIXe siècle.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°57 du 27 mars 1998, avec le titre suivant : Les Brèves : La rétrospective Lygia Clark, le Musée Cernuschi fête son centenaire ...

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque