Mercredi 17 octobre 2018

Les Brèves : La Fondation Cartier, Le dossier "Autopsies de la ville"

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 décembre 1994 - 627 mots

HUMBLEBAEK - Le Musée Louisiana présente, jusqu’au 19 février, une exposition sur la vie et l’œuvre de Toulouse-Lautrec, avec des œuvres datant de la période parisienne (1890-1901). La plupart ont été prêtées par le Musée Toulouse-Lautrec d’Albi, qui possède la plus importante collection publique, et d’autres par des musées et des collectionneurs privés d’Europe, des États-Unis, d’Amérique du Sud et du Japon. L’exposition se propose, à travers soixante-dix tableaux, trente dessins, une centaine de gravures, et l’ensemble des affiches de cet artiste, de montrer l’importance de cette œuvre, qui a contribué à élever l’art graphique et la lithographie – à une époque où elle était moins estimée que l’eau-forte –, au rang des beaux-arts.

PARIS - Pour la première fois, exception faite il y a quelques années de la collection Hammer, le Louvre envisage d’exposer une collection privée, soit une centaine de dessins appartenant à Louis-Antoine Prat, chargé de mission au cabinet des Dessins et secrétaire général de la Société des amis du Louvre. Une douzaine de ces œuvres pourrait ensuite être donnée au musée. En 1990 et 1991, 113 dessins de la même collection avaient été exposés à la National Academy of Design de New York, au Kimbell Art Museum de Fort Worth, et au Musée des beaux-arts du Canada. Un catalogue, en français et en anglais – De main de maître, Masterful studies –, avait été co-édité par le Musée des beaux-arts et la Réunion des musées nationaux.

PARIS - La Bibliothèque nationale de France présente rue de Richelieu, jusqu’au 15 janvier, une exposition intitulée "L’enfance au Moyen Âge". Celle-ci réunit cent vingt pièces, dont une cinquantaine de manuscrits, une dizaine de gravures, des tapisseries, des meubles, des jouets,qui apportent un nouveau regard sur ce thème. L’enfant au Moyen Âge n’était pas un "petit adulte", comme on l’a cru longtemps. Sa vie était plus proche de celle des enfants actuels. L’exposition évoque la naissance, l’éducation, les jeux, le temps de Noël et la mort. Elle montre bien sûr les différences entre un fils de paysans – mis au travail dès l’âge de sept ans – et celui de nobles. Un ouvrage, réalisé en coédition avec les Éditions du Seuil, est publié à cette occasion (220 p., 220 ill, 390 francs jusqu’au 15 janvier, 450 francs ensuite).

La Fondation Cartier présente une exposition consacrée aux photographes japonais Shinzo et Roso Fukuhara, du 2 décembre au 15 janvier 1995. Une soixantaine de photographies, réalisées entre 1913 et 1941, illustreront l’art de ces pionniers de la "photographie artistique" au Japon, dont le père, Arinobu Fukuhara, fut le fondateur du groupe de cosmétiques Shiseido.

Les premières rencontres de la photographie africaine se dérouleront à Bamako au Mali, du 5 au 11 décembre. Un rendez-vous artistique et professionnel dont la direction artistique a été confiée à Françoise Huguier et Bernard Descamps.

Sophie Calle présente une série de photographies sous le titre "Last seen" ("Vu pour la dernière fois") au Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne, du 8 décembre au 19 février 1995. À l’aide de documents photograhiques et de souvenirs de gardiens de musée et d’amateurs d’art, elle recrée des œuvres absentes des grands musées du fait de vols, d’actes de vandalisme ou de prêts à d’autres institutions. Sophie Calle essaie de reconstruire le tableau Le Major Davel, détruit par un incendie volontaire en 1980. Un travail commencé en 1991 à la suite du vol d’importants tableaux du Isabella Stewart Gardner Museum de Boston.

Le dossier "Autopsies de la ville" du numéro d’automne de la revue La Recherche photographique est consacré à la ville en état de construction, de déconstruction ou de restauration. Un thème illustré par le panorama de San Francisco d’Eadweard Muybridge, le mémorial photographique d’Hiromi Tsuchida, les découpes de Gordon Matta-Clark, les installations éphémères de Tadashi Kawamata et les expérimentations de l’avant-garde.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°9 du 1 décembre 1994, avec le titre suivant : Les Brèves : La Fondation Cartier, Le dossier "Autopsies de la ville"

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque