Les Brèves : Guggenheim de New York, Alberto Pasini, Giuseppe De Nittis...

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 novembre 1996

Le Salomon Guggenheim Museum de New York prête cinquante-huit œuvres de sa collection permanente pour une exposition itinérante qui sera successivement présentée au Musée d’art de Singapour, à la Dunedin Public Art Gallery (Nouvelle-Zélande) et à la Dimension Art Foundation de Taipei, avant de rejoindre l’Espagne pour l’inauguration du nouveau Guggenheim Museum de Bilbao, conçu par Frank O. Gehry. Organisée par Thomas Krens, directeur de la Fondation Guggenheim, l’exposition offre un panorama de l’art de la fin du XIXe siècle aux années soixante : Van Gogh, Seurat, Cézanne, Matisse, Modigliani, Picasso, Miró, Giacometti, Ernst, Chagall, Mondrian, Kandinsky, Pollock, Sam Francis, Morris Louis, Corneille…

Une exposition du peintre orientaliste Alberto Pasini est présentée jusqu’au 29 décembre au Palazzo Bossi-Bocchi, à Parme. Elle rassemble 60 toiles et 50 dessins, ainsi que l’admirable série de lithographies de son premier Voyage en Égypte, en Perse et en Arménie, imprimé à Paris chez Lemercier en 1859, mais réalisée en 1855 lors de sa participation aux voyages de la mission diplomatique de Prosper Bourée en Orient.

Quatre-vingts tableaux de Giuseppe De Nittis (1846-1884) sont exposés au château souabe de Barletta, ville natale de l’artiste, jusqu’au 30 décembre. Cette sélection provient de la donation faite par son épouse à la Ville en 1912, qui sera présentée de façon permanente à partir de 1997, dans un musée créé par la municipalité au Palazzo della Marra. L’exposition explore trois thèmes dominants dans l’œuvre de De Nittis : le paysage (Journée d’hiver, Paysage hivernal…), la ville et la vie moderne – Paris, les grands Boulevards, les hippodromes, Londres, les usines… –, ainsi que les salons bourgeois et la vie privée (Salon de la princesse Mathilde Bonaparte Demidoff…).

Pour le bicentenaire de la mort de la Grande Catherine, trois expositions consacrées à sa passion de collectionneuse sont actuellement organisées au Royaume-Uni, aux États-Unis et aux Pays-Bas. Le musée du château de Norwich présente jusqu’au 5 janvier "Houghton Hall : le premier ministre, l’impératrice et le patrimoine", qui rassemble des peintures de Poussin, Maratti, Rosa, Hals et Van Dyck. L’exposition est attendue à Londres, à Kenwood House, du 23 janvier au 23 avril 1997. 160 œuvres signées Van Dyck, Reynolds, Thomas Lawrence et Wright of Derby, provenant exclu­sivement de l’Ermitage, sont présentées au Yale Center for British Art sous le titre "Trésors d’art britannique dans les collections impériales russes", jusqu’au 5 janvier. L’exposition ira ensuite aux États-Unis, à Toledo (13 février-11 mai 1997) et à Saint Louis (27 juin-7 septembre 1997). La troisième ouvrira ses portes à Amsterdam (De Nieuwe Kerk), du 17 décembre au 13 avril 1997. La collection du baron Pierre de Crozat, que l’avide impératrice acquit en 1772, est au centre de cette exposition, qui comprend notamment des œuvres de Rembrandt, Titien, Rubens, Hals et Poussin.

Quatre-vingt-huit vedute romaines peintes par François-Marius Granet entre 1802 et 1824 sont exposées à Rome, à l’American Academy, jusqu’au 12 janvier. Ces petites huiles sur papier que le peintre utilisait pour la conception de ses toiles ont toutes été prêtées par le Musée Granet d’Aix-en-Provence.

Enzo Cucchi expose au Musée de Capodimonte, à Naples, jusqu’au 1er dé­cembre. Pour l’occasion, l’artiste a créé 23 panneaux peints à fresque : 12 panneaux reprennent les lettres du titre napolitain de l’exposition, "Simm’ nervusi" (Nous sommes au bord de la crise de nerfs), et les 11 autres forment un théâtre, contexte spirituel de la manifes­tation. En complément, 40 dessins de l’artiste sont présentés au Cabinet des dessins et des estampes du musée napolitain, qui inaugurera une section d’art contemporain au mois de décembre.

Sous le titre accrocheur "L’Évêché de Genève, déjà une place financière au XIe siècle ?", le Cabinet numismatique du Musée d’art et d’histoire montre, jusqu’au 31 août 1997, une sélection d’un lot de monnaies de l’An mil récemment acquis auprès d’un marchand. Sur les 2 000 pièces genevoises que constituent ce trésor, seules quelques-unes ont été vendues à des particulier. C’est la plus importante découverte dans ce domaine depuis 1892, en particulier pour les pièces de l’évêque de Conrad (1019-1030), dont une unique obole était conservée au British Museum. Un trésor que se sont partagés le Musée d’art et d’histoire de Genève et le Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne.

Jenny Holzer vient de créer une importante installation au Kunstmuseum des Kantons Thurgau (tél. 52 748 41 20). "Lustmord" reprend les thèmes préférés de l’artiste américaine : le sexe, la mort, les contraintes physiques et psychiques. Jouant sur la disposition des mots, leur sens et leur calligraphie, elle met en question le langage. Jusqu’au 27 avril 1997, une exposition présente également son travail représentatif des années quatre-vingt, qui avait été découvert en Suisse à la Kunsthalle de Bâle, en 1984, aux côtés de Barbara Kruger.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°30 du 1 novembre 1996, avec le titre suivant : Les Brèves : Guggenheim de New York, Alberto Pasini, Giuseppe De Nittis...

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque