Mardi 18 décembre 2018

musée

Les années 30 typographiées

L'ŒIL

Le 1 avril 2000 - 311 mots

Rares sont les expositions qui s’intéressent au graphisme et à son histoire autrement qu’en tant qu’illustration subalterne d’un moment particulier de la société. Actuellement lancé dans une vaste série d’expositions sur les productions artistiques de ce siècle, le MoMA propose un vaste panorama sur la grande révolution typographique et graphique qui intervient en Europe dans les années 30. Christopher Mount et Peter Galassi, les deux commissaires, ont identifié les trois foyers de cette extraordinaire mutation : le Bauhaus, les ateliers constructivistes soviétiques et de Stijl. Afin de mieux comprendre comment la modernité avec sa nouvelle géométrie des signes s’est emparée du graphisme, les commissaires ont pensé que cette mutation provenait des expérimentations photographiques menées par l’avant-garde artistique. Cette nouvelle vision réalisée par des gens comme Rodchenko, El Lissitzky ou Laszlo Moholy-Nagy conduisait naturellement à une remise en question de l’organisation de l’image et de ses signes. Mais ce que révèle surtout cette exposition à travers la confrontation de dizaines de photographies, de photomontages et d’essais typographiques, c’est combien la rupture des années 30 provient directement de la Première Guerre mondiale avec l’échec des premières recettes graphiques utilisées par la réclame. Car il ne faut pas se tromper, ce que réalise le constructivisme, le Bauhaus ou de Stijl, ce sont bien de nouveaux types de propagandes visuelles. L’un reste tourné vers l’accomplissement de la révolution, l’autre vers la mise en place d’une rationalité moderniste, le dernier vers une reconsidération de l’art. Dans les trois cas, ce passage de l’image au visuel répond à un fantasme : celui de l’accomplissement d’un homme nouveau. Que la photographie et le graphisme soient les vecteurs de cette utopie, rien de plus normal. Malheureusement, cette exposition, au demeurant fort complète, n’ose étudier le vaste mouvement qui a conduit ces nouvelles procédures de communication à devenir très rapidement l’attribut de pouvoirs fascistes.

NEW YORK, MoMA, jusqu’au 22 août.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°515 du 1 avril 2000, avec le titre suivant : Les années 30 typographiées

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque