L’empire révélé des Sassanides

Par Laure Meyer · L'ŒIL

Le 1 décembre 2006

Emporté au rythme effréné du galop des chasses royales le visiteur du musée Cernuschi découvre la vie des empereurs Sassanides qui régnèrent sur la Perse (l’Iran actuel) de 224 après J.-C. jusqu’à la conquête musulmane en 642. Ils succédaient aux rois parthes depuis qu’Ardashir, un prince de la région du Fars s’était emparé du pouvoir en 224.
Les images des chevauchées royales sont partout, et d’abord sur le moulage du grand relief de Tak i Bustan sculpté dans la roche. Elles se poursuivent sur les nombreux plats en argent, qui font revivre toutes les chasses, au cerf, au sanglier et même au léopard et au lion. Glorifiant l’empereur, ces plats souvent utilisés comme cadeaux de propagande, diffusaient l’image d’autorité et de raffinement des empereurs perses.
L’apogée, c’est le monarque qui trône dans le médaillon en cristal de roche de la coupe dite Tasse de Salomon, somptueuse résille d’or brillant de tous les feux de ses inclusions de pierres dures et de verre coloré. Dans les festins, on buvait sec, dans des rhytons, cornes à boire en argent ou dorées en forme de tête d’animal, rares mais luxueux, tout comme les coupes polylobées, nouveautés originales de la fin de la période sassanide.
Pour les fêtes fastueuses, le verre le plus recherché était transparent et incolore. On appréciait les effets de surface, les ajouts de matière, disques ou gouttes appliqués à chaud. Mais le plus souvent on meulait et polissait le verre à froid. Somptueusement vêtus, les convives contribuaient au décor. Les motifs de ces textiles de soie et de laine, insignes de la royauté, étaient déjà représentés sur les vêtements du souverain Tak i Bustan. Les mieux conservés sont arrivés en Occident avec des reliques chrétiennes comme le Tissu aux faisans nimbés, qui enveloppait les reliques de saint Prix à l’abbaye de Jouarre. Cette précieuse soierie est classée monument historique.

« Les Perses Sassanides, fastes d’un empire oublié », Musée Cernuschi, 7, av. Vélasquez, Paris VIIIe, tél. 01 53 96 21 50, jusqu'au 30 décembre 2006.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°586 du 1 décembre 2006, avec le titre suivant : L’empire révélé des Sassanides

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque