Lundi 10 décembre 2018

Le Vanuatu finit sa tournée à Paris

Le \"pays qui se tient debout\" au MAAO

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 26 septembre 1997 - 332 mots

Après Port-Vila, Nouméa et Bâle, Paris accueille l’art océanien du Vanuatu. Une sélection de 400 pièces provenant des plus grands musées européens offre pour la première fois une vision d’ensemble de la production de cet archipel du Pacifique. Un art dont l’esthétisme avait naguère séduit Picasso, Matisse, Max Ernst et bien d’autres.

PARIS. À Port-Vila, la petite capitale du Vanuatu, cette exposition présentée l’été dernier a constitué un véritable événement : la moitié des habitants s’est déplacée pour découvrir l’art de ses propres ancêtres, trop longtemps dissimulé à leurs yeux. Au siècle dernier, les missionnaires avaient systématiquement fait disparaître, dans de spectaculaires autodafés, l’ensemble de la production artistique, élément du culte religieux de ces populations. Seules quelques œuvres ont pu être épargnées, ramenées par des amateurs avertis ou par les premiers explorateurs, ce qui explique leur présence dans les musées européens. Parmi les pièces réunies, des tambours, des masques cérémoniels, des coiffures polychromes..., véritables objets d’art cinétique. Le visiteur doit s’efforcer de les imaginer en mouvement, évoluant dans l’espace au rythme des danses et des chants cérémoniels. Une place importante est consacrée aux tapa, ces "papyrus océaniens", réalisés en écorce de mûrier battue pendant des heures à l’aide d’un maillet, jusqu’à former des rouleaux longs de plusieurs dizaines de mètres. Les tapa étaient ensuite rehaussés de couleurs chatoyantes et de motifs géométriques très élaborés, peints ou estampés. Un exemplaire très rare du XIXe siècle, d’une longueur de 18 m, a été prêté pour l’occasion par le Musée de l’Homme. À ne pas manquer non plus, une remarquable sculpture en fibres et en fougères provenant du Musée Picasso : elle fut offerte au peintre par Matisse dans les années cinquante.

VANUATU, OCÉANIE, ARTS DES ÎLES DE CENDRE ET DE CORAIL, du 2 octobre jusqu’au 2 février 1998, Musée national des arts d’Afrique et d’Océanie (MAAO), 293 avenue Daumesnil, 75012 Paris, tél. 01 43 46 51 61, tlj sauf mardi 10h-17h30, samedi et dimanche 12h30-18h. Catalogue RMN 350 F, Petit Journal RMN, 15 F.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°44 du 26 septembre 1997, avec le titre suivant : Le Vanuatu finit sa tournée à Paris

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque