Lundi 17 décembre 2018

Montréal (Canada)

Le Pérou à Montréal !

Musée des beaux-arts - Jusqu'au 16 juin 2013

Par Vincent Noce · L'ŒIL

Le 20 février 2013 - 338 mots

Un souffle descendu des Andes traverse le Musée des beaux-arts de Montréal. Poursuivant le survol des Amériques entrepris en 2008 par sa présentation des collections cubaines, Nathalie Bondil, directrice du musée, reprend la même méthode pour aborder la civilisation du Pérou.

Jamais, dans le monde, une exposition n’avait ainsi couvert plusieurs millénaires d’art et d’histoire du pays, en commençant par les premières poteries zoomorphes pour finir par le XXe siècle. Le catalogue fait encore une fois honneur à un musée qui consacre un grand soin à ses publications.

Dès l’ouverture, une peinture de 1855 concentre cette problématique : un montagnard en poncho tenant dans les mains un vase funéraire inca. Un passé mythifié, mis au service de l’indigénisme né du XIXe siècle, dans un tableau exécuté sous l’influence du réalisme français… Cinquante collections, publiques et privées, essentiellement venues du Pérou et des États-Unis, dont le Metropolitan (New York), ont prêté deux cent vingt pièces. Masque, parure ou monstre aux dents de jaguar et tentacules de pieuvre, les objets incas en or qu’ont obtenus le musée et son conservateur, Victor Pimentel, sont époustouflants. Plusieurs n’étaient jamais sortis du pays. Certains ont été récupérés après avoir été dérobés et vendus : l’exposition trace ainsi un fil rouge autour du pillage qui a dévasté le patrimoine de l’Amérique centrale.

Des témoignages cruciaux proviennent du tombeau du seigneur de Sipán, découvert par Walter Alva en 1987, visiblement très ému le jour du vernissage. Une poterie décrivant les rituels sacrificiels, des tissus décorés de plumes, une litière de procession royale, des maquettes de temple et de cérémonie telles que les fabriquaient les Chimú précèdent des tableaux de l’ère catholique, une grande statue d’archange terrassant le dragon ou un pélican en argent du XVIIIe siècle. Les portraits photographiques ouvrent sur le regard perçant des Indiens qu’ont voulu réhabiliter, il y a un siècle, des peintres comme José Sabogal.

« Pérou, les royaumes du Soleil et de la Lune »,
Musée des beaux-arts de Montréal, pavillon Jean-Noël Desmarais, 1380, rue Sherbrooke Ouest, Montréal (Canada), www.mbam.qc.ca

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°655 du 1 mars 2013, avec le titre suivant : Le Pérou à Montréal !

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque