Mercredi 12 décembre 2018

Le monde de Nam June Paik

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 18 février 2000 - 109 mots

Le pionnier d’origine coréenne de l’art vidéo attendait une rétrospective depuis celle du Whitney, en 1982.

Le Solomon R. Guggenheim Museum, à New York, lui donne la parole, des premières œuvres musicales Fluxus aux plus récentes créations, réalisées in situ en « réponse » au bâtiment de Frank Lloyd Wright. Une réponse radicale avec Modulation in Sync, double installation à base de lasers conçue en collaboration avec Norman Ballard : les formes géométriques de Sweet and Sublime alternent dans l’oculus, tandis que des projections laser traversent une chute d’eau qui se déverse du haut de la rotonde dans l’Échelle de Jacob (jusqu’au 26 avril, tél. 1 212 423 3600).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°99 du 18 février 2000, avec le titre suivant : Le monde de Nam June Paik

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque