Mardi 22 septembre 2020

Le LAAC à Dunkerque montre un corps sans gloire

Par Itzhak Goldberg · Le Journal des Arts

Le 6 juillet 2016 - 121 mots

DUNKERQUE - À partir des œuvres de sa collection, de la seconde moitié du XXe siècle, mais aussi à l’aide de prêts importants, entre autres, de la galerie parisienne Thaddaeus Ropac, ce sont des représentations du corps que le LAAC met en scène.

Aux antipodes du héros classique caractérisé par un corps ferme, les corps exposés à Dunkerque se refusent à toute idéalisation. Bien plus, les libertés plastiques prises par des artistes tels Zoran Music, Jean Fautrier rompent avec l’exactitude anatomique. Cependant, le corps peut être stylisé à l’extrême : notre habitude mentale de chercher des formes humaines dans toute représentation nous permet d’en percevoir toujours la configuration. Un fragment, un détail, un contour suggestif suffisent à l’imagination qui supplée aux parties manquantes.

« Every body », LAAC, Lieu d’art et action contemporaine, Jardin des sculptures, 302, av. des Bordées, 59140 Dunkerque, musees-dunkerque.eu jusqu’au 18 septembre.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°461 du 8 juillet 2016, avec le titre suivant : Le LAAC à Dunkerque montre un corps sans gloire

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque