L'artiste aux mille estampes

L'ŒIL

Le 1 septembre 1998

Stefano Della Bella ? Un bon imitateur de Callot, le talent en moins, aurait ironisé le théoricien français Félibien, lors d'une scéance à l'Académie."Aberration critique toute chauviniste" lui rétorquerait aujourd'hui l'historienne de l'art italienne Anna Forlani Tempesti, ne se satisfaisant plus de ce parallèle par trop réducteur entre les deux graveurs. Certes, Della Bella s'est formé à la manière de l'artiste lorrain lors de ses années d'apprentissage à Florence, copiant sans relâche les estampes de son aîné dont il était un ferveur admirateur. Il s'est toutefois très vite éloigné de Callot – lui préférant les œuvres de ses contemporains Castiglione, Rembrandt, Rosa... – pour créer un style profondément original. Laurent de Médicis, Richelieu et Mazarin ne s'y sont d'ailleurs pas trompés qui lui apportèrent un soutien sans faille tout au long de sa carrière. L'exposition de Caen, la première à lui être consacrée en France, réunit 250 estampes et dessins sur le millier d'œuvres que réalisa l'artiste. On y découvre un artiste fécond, plein de verve, un personnage séduisant et aventureux, tirant de ses lointains voyages la riche matière d'une inspiration aux  sources intarissables : des fêtes et cérémonies ducales de Florence aux allégories de la Camarde – souvenirs de ses promenades parisiennes au cimetière des Saints-Innocents –, en passant par des vues topographiques, des chasses, des marines, des jeux de cartes... Pas un sujet ne semble avoir échappé à cet esprit curieux de tout. Ses lignes élégantes et souples, éloignées de la pure prouesse technique, sont empreintes d'une poétique bien personnelle et parfois animées de délicats effets de lavis. L'exposition présente également des estampes de Callot, Benedetto, Castiglione... qui, jouant en contrepoint, soulignent le talent et la spécificité de Della Bella, en un joli pied de nez aux fâcheux...

CAEN, Musée des Beaux-Arts, jusqu'au 5 octobre, cat. RMN, 144 p., 150 ill., 145 F.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°499 du 1 septembre 1998, avec le titre suivant : L'artiste aux mille estampes

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque