Dimanche 21 octobre 2018

L’art gourmand

Les artistes tentés par la bonne chère

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 4 avril 1997 - 239 mots

Après la paresse et la colère, la gourmandise nous tenaille au Centre Georges Pompidou pour ce troisième chapitre des \"Péchés Capitaux\", où l’on apprend que les artistes ne sont vraiment pas des saints.

PARIS. Fidèle au principe de la série, l’exposition se nourrit en grande partie d’œuvres issues de la collection du Musée national d’art moderne/Centre de création industrielle. L’une d’entre elles, Le repas hongrois (Le restaurant de la Galerie J. Paris) de Daniel Spoerri évoque, par ses "restes", l’action que l’artiste a réalisée en 1963. Pour cette exposition, il avait en effet transformé pendant quelques jours la galerie parisienne en restaurant, se mettant volontiers aux fourneaux, tandis que des critiques d’art tels que Pierre Restany ou Michel Ragon assuraient le service "en salle". Une fois les repas terminés, Spoerri a figé ses souvenirs d’un soir pour réaliser ses fameux tableaux-pièges. Si la gourmandise est affaire de cuisine, elle peut parfois se résumer à quelque bonnes pâtes. Tel est en tout cas le sentiment de Didier Ottinger, commissaire de l’exposition, qui a convié des "tartineurs" comme Eugène Leroy ou Jean Dubuffet. La manifestation nous invite en fin de compte à braver les interdits et à croquer la Vie à pleines dents, pour parodier Arman.

LA GOURMANDISE, 9 avril-19 mai, Centre Georges Pompidou, Paris, tél. 01 44 78 12 33, tlj sauf mardi 12h-22h, samedi-dimanche 10h-22h. Catalogue comprenant des textes de Marie NDiaye et J.-P. Géné, 72 p., 59 F.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°35 du 4 avril 1997, avec le titre suivant : L’art gourmand

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque