Samedi 24 février 2018

L’après-Histoire

Regards croisés sur nos origines au Musée d’Aquitaine

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 3 décembre 2007

Au travers plus de 170 pièces – vestiges archéologiques, peintures, sculptures, articles de presse ou photographies –, le Musée d’Aquitaine, à Bordeaux, analyse l’émergence de la préhistoire en tant que discipline scientifique, mais aussi comme source d’inspiration artistique, de 1830 à 1930. Parfois déroutant, le parcours remet en question notre propre perception du passé.

BORDEAUX - Sous le titre énigmatique “Vénus et Caïn”, le Musée d’Aquitaine, à Bordeaux, se penche sur les débuts d’une discipline qui, dans la seconde moitié du XIXe siècle, ébranla nos convictions les plus profondes : la préhistoire. Déesse grecque de l’amour, Vénus désigne aussi les sculptures féminines paléolithiques dont les formes généreuses présagent abondance et fertilité. Fils aîné d’Adam et Ève, assassin de son frère Abel, Caïn est le premier meurtrier, premier cultivateur et premier bâtisseur. En substituant ces deux figures à celles de la Genèse, Adam et Ève, le musée montre comment l’invention de la préhistoire a bouleversé la connaissance de l’homme. En 2004 et 2006, deux expositions poursuivront cette analyse de la discipline, la première consacrée à la représentation de la femme paléolithique, la seconde, à l’appréhension par la société d’aujourd’hui de la vie de ses aïeux les plus lointains.
Le parcours de l’exposition joue sur deux regards croisés : celui que les scientifiques portèrent sur nos ancêtres, et celui que nous avons aujourd’hui sur les convictions des hommes du XIXe siècle. Un parallèle qui ébranle notre propre perception du passé et interroge plus généralement ce qui conditionne l’analyse d’événements antérieurs. Dans la première salle sont présentés côte à côte les portraits en bronze de différents préhistoriens (Jean Gaston Lalanne, Marcellin Boule, Émile Cartailhac) et les reconstitutions d’hommes préhistoriques élaborées dans les années 1860. Les visages figés et barbus de ces derniers ne sont pas sans rappeler ceux de leurs illustres observateurs du XIXe siècle ! Leur succèdent les bustes en plâtre polychrome imaginés entre 1909 et 1914 par le sculpteur Louis Mascré et le préhistorien Aimé Rutot. Coiffés, vêtus et équipés de différents outils, ils retracent en quinze étapes l’évolution de l’humanité (estimée alors à quelque cent mille ans), de l’Homme du Sussex à l’Artiste magdalénien, en passant par la Femme de la race de Neandertal, réalisée d’après un crâne féminin découvert en Charente. Artistes et scientifiques travaillèrent régulièrement ensemble pour tenter de donner forme humaine aux ossements découverts par les archéologues. Le Dr Henri-Martin et Charles Bousquet reconstituèrent ainsi La Femme de La Quina (1913). Élaborée à partir d’un moulage du crâne d’origine auquel furent grossièrement ajoutés certains éléments du chimpanzé et des cheveux en bataille, elle souligne combien la reconstitution du passé peut être subjective. Parallèlement aux travaux scientifiques, dans les années 1880, certains artistes ont élaboré un véritable genre “préhistorique”, en prenant comme sujet les hommes et femmes des cavernes, vêtus de peaux de bête, munis de silex, évoluant dans un climat hostile. En témoignent Un drame à l’âge de pierre (1886) de Paul Jamin, L’Affût (1879) d’Emmanuel Benner, Le Retour de chasse (1898) d’Angèle Delassale ou encore L’Envahisseur (1884) de Léon Maxime Faivre (1884)... Autant d’images de Vénus et Caïn qui traduisent plus les fantasmes d’une époque que des réalités historiques.

VÉNUS ET CAÁ?N – FIGURES DE LA PRÉHISTOIRE, 1830-1930

Jusqu’au 15 juin, Musée d’Aquitaine, 20 cours Pasteur, 33000 Bordeaux, tél. 05 56 01 51 00, tlj sauf lundi et jours fériés, 11h-18h. L’exposition sera ensuite présentée aux musées d’Altamira (Espagne) et du Québec (Canada). Catalogue, RMN/Musée d’Aquitaine, 172 p., 29,50 euros.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°170 du 2 mai 2003, avec le titre suivant : L’après-Histoire

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque