Mercredi 19 décembre 2018

Art contemporain

L’ancienne directrice mise hors de cause dans le déficit budgétaire de la Documenta 2017

Par Elise Kerner-Michaud · lejournaldesarts.fr

Le 14 août 2018 - 329 mots

CASSEL / ALLEMAGNE

Annette Kulenkampff a été disculpée des accusations concernant sa gestion financière de la dernière manifestation d’art contemporain.

Annette Kulenkampff à Documenta 14.
Annette Kulenkampff à Documenta 14.

Le procureur du tribunal de Cassel a estimé que l’ancienne directrice de la Documenta n’était pas responsable de la mauvaise gestion financière de l’édition 2017 et qu’elle avait agit dans l’intérêt de l’événement. Malgré 1,2 million de visiteurs, la 14e édition de la Documenta s’était achevée par un déficit financier de 5,5 millions d’euros. La situation menaçait sérieusement la tenue de la prochaine manifestation avant que la ville et le Länder de Hesse n’injectent 8,3 millions d’euros pour éviter la faillite. 

Annette Kulenkampff, historienne de l’art et éditrice, à la tête de la Documenta depuis 2014, ainsi que le commissaire Adam Szymczyk, avaient été accusés de mauvaise gestion et de détournement de fonds publics. Il avait en outre été reproché à la directrice d’avoir caché les informations relatives aux difficultés budgétaires accumulées au fur et à mesure de l’organisation de l’événement. Annette Kulenkampff avait quitté son poste avant la fin de son mandat.

Artnet news rapporte que la directrice et le commissaire ont tous deux été disculpés dans cette affaire. Non seulement aucune preuve n’a permis de prouver une gestion déficiente mais il a été signalé qu’Annette Kulenkampff avait alerté le conseil d’administration des dépassements budgétaires induits par l’organisation de la manifestation sur deux sites.
 
La Documenta s’était en effet déroulée à Athènes en même temps qu’en Allemagne, mais de nombreuses difficultés de mise en place avaient été rencontrées. Des retards dans la construction du nouveau bâtiment du Musée d’art Contemporain de la capitale grecque (EMST) et une explosion du budget pour rendre les espaces disponibles à temps, expliquent en partie le déficit important.
 
Sabine Schormann, la nouvelle directrice nommée en avril dernier, n’aura pas la tâche facile. Avec un directeur artistique dont l’identité n’est pas encore connue, elle devra mettre en place un projet qui permette de faire venir un public nombreux mais aussi de restaurer la confiance des partenaires et administrateurs.

Thématiques

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque