Mercredi 19 décembre 2018

L’Amazone du Pop Art

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 17 mars 2000 - 179 mots

Âgée de 37 ans, Évelyne Axell a trouvé la mort dans un accident de voiture en 1972. Sa carrière de peintre n’a duré que sept ans, mais elle suffit à en faire une figure de proue du Pop Art en Belgique.

Jusqu’au 10 mai, le Centre Wallonie-Bruxelles à Paris (tél. 01 53 01 96 96) lui rend hommage en présentant une cinquantaine de ses tableaux. À cette occasion, la Renaissance du Livre publie un ouvrage sur sa vie et son œuvre, Évelyne Axell, l’Amazone du Pop Art. Cette élève de Matisse avait rapidement renoncé à la peinture à l’huile pour se forger une technique très personnelle. Jeune femme de son temps, elle a exploité le potentiel de nombre de résines plastiques comme support de ses tableaux, parfois contrainte de renoncer à certains plastiques synthétiques qui n’étaient plus commercialisés. En fixant son choix sur le Plexiglas opalin, qu’elle découpait et superposait, jouant avec les reliefs et les transparences, elle a produit des images flamboyantes, où transparaissent encore aujourd’hui la joie de vivre, l’érotisme, l’utopie et les provocations des années soixante.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°101 du 17 mars 2000, avec le titre suivant : L’Amazone du Pop Art

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque