Mercredi 12 décembre 2018

Paris-7e

L’Afrique à la croisée des routes

Musée du quai Branly-Jacques Chirac jusqu’au 12 novembre 2017

Par Marie Potard · L'ŒIL

Le 13 avril 2017 - 291 mots

L’Afrique, un continent sans histoire ? Idée reçue ! C’est ce que prouve cette exposition ambitieuse et inédite, qui va à l’encontre des préjugés et discours politiques malheureux.

« C’est en lisant le livre de Catherine Coquery-Vidrovitch, qui s’appelle Petite Histoire de l’Afrique, que j’ai trouvé une structure d’exposition », rapporte Gaëlle Beaujean, commissaire et responsable des collections Afrique du musée. « À l’intérieur de l’Afrique, les populations n’ont jamais vécu dans l’isolement, il y a toujours eu de grandes migrations », souligne la conseillère scientifique de l’exposition, Catherine Coquery-Vidrovitch, historienne spécialiste de l’Afrique. Depuis le Ve millénaire avant notre ère, les routes intérieures (terrestres, fluviales, maritimes) mais aussi extérieures ont impliqué la circulation d’hommes, et, à travers eux, celle des marchandises, des cultures et des objets d’art. L’Afrique n’a pas attendu la colonisation et les navires portugais au début du XVe siècle pour échanger avec les autres pays – l’Arabie, l’Inde, Rome et la Chine – en fournissant sa force de travail, son or et ses matières premières. Chacun des trois cents objets – sculptures, pièces d’orfèvrerie ou d’ivoire, peintures et autres œuvres présentées –, en est un témoin. Ainsi, d’une salle à l’autre, l’exposition aborde tour à tour les routes commerciales, spirituelles, esthétiques et coloniales. Elle s’ouvre sur un relevé d’art rupestre du Sahara algérien du Ier millénaire avant notre ère représentant notamment un char, puis évoque la civilisation Nok, les porcelaines chinoises de Madagascar, pour finir par les œuvres contemporaines du Nigérian Yinka Shonibare. Un olifant en ivoire du XVe siècle découvert dans une grotte en France et qui pourrait être une production italienne plus ancienne, des objets de sel, tels une plaque de jeu ou encore des colliers en perles fabriqués au Moyen-Orient entre le VIIIe et le Xe siècle, attestent que les échanges étaient bien réels.

« L’Afrique des routes »

Musée du quai Branly-Jacques Chirac, 37, quai Branly, Paris-7e, www.quaibranly.fr

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°701 du 1 mai 2017, avec le titre suivant : L’Afrique à la croisée des routes

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque