Vendredi 30 octobre 2020

La sérénade de Chagall

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 17 mai 2002 - 161 mots

La musique occupe une place importante dans l’œuvre de Chagall ; en témoignent les multiples harpes, flûtes et surtout les violons qui hantent ses toiles. Dans le cadre du “Printemps des musées”, consacré cette année au thème des cinq sens (lire le JdA n° 146, 5 avril 2002), le Musée national Message biblique Marc-Chagall, à Nice (jusqu’au 30 juin, tél. 04 93 53 87 20), a choisi de présenter des œuvres de l’artiste évoquant la musique, en mettant l’accent sur le plafond peint de l’Opéra Garnier, à Paris. Prémaquettes et dessins préparatoires à sa réalisation permettent ainsi de visualiser l’ensemble des détails de ce grand chantier, commandé par Malraux en 1964. Des dessins, gouaches et peintures, datant de 1914 à 1976, représentant sa Russie natale, David, roi des Juifs et joueur de lyre, Orphée, inventeur de la cithare, ou encore des animaux violonistes et des musiciens du cirque, confirment l’idée de Chagall qu’il n’existe aucune rupture entre les différentes expressions artistiques.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°149 du 17 mai 2002, avec le titre suivant : La sérénade de Chagall

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque