Histoire

La Révolution française sur le vif

Le Musée Carnavalet met en lumière sa collection d’art graphique dédiée à la Révolution

Le Journal des Arts

Le 10 novembre 2009

PARIS - La Révolution s’empare du Musée Carnavalet ! Celui-ci expose une partie de sa collection d’art graphique, habituellement consultable sur rendez-vous.

Disposant de la plus importante collection du monde consacrée à la Révolution française, l’institution voulait marquer les esprits avant la fermeture des salles révolutionnaires pour cause de travaux de rénovation, finalement repoussés. Le visiteur ne trouvera donc d’autre justification à cette manifestation que celle de redécouvrir ces œuvres révélatrices de l’esprit d’une époque. Le support, qu’il s’agisse du dessin ou de la gravure, s’accorde idéalement à la violence du contexte – la rapidité des événements ne pouvait s’accommoder que d’un art vif et incisif. Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un œil sur Le Triomphe du peuple français, le projet de rideau pour l’opéra réalisé par Jacques-Louis David en 1794 et resté inachevé.
L’exposition, centrée sur l’insurrection parisienne, s’étire de la chute de la monarchie vers la République jacobine et jusqu’au Directoire. Le long des salles, les pièces se révèlent exceptionnelles, comme l’ensemble de gouaches découpées de Pierre-Étienne Lesueur, touchantes avec les effets personnels de la famille royale en détention à la prison du Temple, ou incongrues avec le diplôme de prise de la Bastille. Si le contenu, de qualité, se révèle intéressant pour la compréhension d’une époque emblématique, l’ensemble aurait mérité plus d’audace, à l’image de l’exposition-dossier qui se tient en parallèle. Celle-ci, composée d’une trentaine de caricatures anglaises de l’époque de la Révolution et de l’Empire, est une revue des mœurs françaises passées au crible de l’humour caustique de nos voisins d’outre-Manche. Irrévérencieuse comme il se doit envers la ferveur qui s’était alors emparée de l’Hexagone, elle est une agréable surprise. Ironie de l’histoire ?

LA RÉVOLUTION FRANÇAISE, TRÉSORS CACHÉS DU MUSÉE CARNAVALET et FRANCE-ANGLETERRE À CARNAVALET, CARICATURES ANGLAISES AU TEMPS DE LA RÉVOLUTION ET DE L’EMPIRE, jusqu’au 3 janvier 2010, Musée Carnavalet, 23, rue de Sévigné, 75003 Paris, www.carnavalet.paris.fr, tlj sauf lundi 10h-18h, tél. 01 44 59 58 58

PUBLICATIONS
- Philippe de Carbonnières, La Révolution, éd. Paris-Musées, 2009, 72 p., 40 ill., 12 euros, ISBN 978-2-7596-0097-7
- Rolf Reichardt, L’Imagerie révolutionnaire de la Bastille, coéd. Paris-Musées et Nicolas Chaudun, 2009, 208 p., 150 ill., 45 euros, ISBN 978-2-7596-0090-8
- Pascal Dupuy, Face à la Révolution et l’Empire : Caricatures anglaises (1789-1815), coéd. Paris-Musées et Nicolas Chaudun, 2008, 192 p., 90 ill., 55 euros, ISBN 978-2-7596-0060-1

LA RÉVOLUTION FRANÇAISE
Commissaire : Charlotte Lacour-Veyranne, attachée de conservation au cabinet des arts graphiques du Musée Carnavalet

CARICATURES ANGLAISES
Commissaires : Philippe de Carbonnières, attaché de conservation au cabinet des arts graphiques du Musée Carnavalet, et Pascal Dupuy, maître de conférence à l’université de Rouen

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°313 du 13 novembre 2009, avec le titre suivant : La Révolution française sur le vif

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque