La religion des Gaulois

Par Laure Meyer · L'ŒIL

Le 1 décembre 2006

Ils ne sont plus ce qu’ils étaient, nos « ancêtres les Gaulois ». La légende fait place à l’histoire dans l’exposition du Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière. Les druides sont toujours là, mais ont changé de rôle. Ces Gaulois sont des Celtes et comme dans les religions celtiques, ces prêtres observent le ciel et ont des connaissances sérieuses en astronomie. Ils pensent que c’est le mouvement des astres qui a organisé la vie sur Terre.
Tout ceci se lit dans les scènes gravées sur le Chaudron de Gundestrup (Danemark). Au fond, on distingue un sacrifice et à l’extérieur, le temps du sacrifice, le cycle des saisons et des fêtes, pour finir avec le monde des morts. Les dieux évoqués reparaissent sur d’autres objets, statuettes, armes et bijoux. Sur le Gobelet de Lyon, voici Teutatès très puissant, avec son sanglier, l’aigle Taranis et Ésus avec une corne d’abondance. Ailleurs, on peut découvrir Lug de nature solaire et bien d’autres… Dans des sanctuaires en bois qui avaient l’allure de temples romains, on pratiquait le sacrifice d’animaux tandis que le butin de guerre était solennellement apporté aux dieux.
De nombreux crânes humains pris aux ennemis décoraient ces sanctuaires, et même l’intérieur des maisons. En plus des dieux, les Gaulois vouaient un culte à des ancêtres hissés au rang de héros, célébrés par des statues. L’exposition fait la part belle à des objets sublimes, des bijoux et des fibules. Ceux-ci humanisent cette religion « cruelle » rendue ici plus compréhensible par la reconstitution d’un sanctuaire.

« Par Toutatis, la religion des Gaulois », Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, 17, rue Cléberg, Lyon (69), tél. 04 72 38 49 30, www.musees-gallo-romains.com, jusqu’au 7 janvier 2007.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°586 du 1 décembre 2006, avec le titre suivant : La religion des Gaulois

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque