A la redécouverte des Mayas

L'ŒIL

Le 1 juin 2001

Rares sont les expositions consacrées aux Mayas. « Le Crépuscule des Mayas », actuellement présentée au Musée de Picardie mérite donc que l’on s’y attarde. Elle bénéficie en effet
des dernières découvertes archéologiques. C’est seulement au cours de ces dernières années que
le système social complexe de cette brillante civilisation est enfin devenu compréhensible, même si de grandes lacunes subsistent encore aujourd’hui. La première partie du parcours est consacrée à Chichen Itza, capitale du Yucatan qui impressionne par la beauté de ses monuments et l’étendue de son implantation. Construite essentiellement au XIIe siècle, Chichen Itza était un gigantesque sanctuaire avec ses temples, ses pyramides, ses palais, ses tzompantli (plate-forme d’exposition des crânes des sacrifiés). Plusieurs sculptures et objets divers attestent de l’apogée de cette civilisation. Dans la seconde partie de l’exposition, le visiteur est soudain confronté à une série d’objets inédits, tous issus de la mystérieuse cité de Mayapàn. Elle fut la dernière capitale des Mayas jusqu’à l’arrivée des Espagnols. Plus baroques dans leur traitement stylistique, les sculptures de Mayapàn, ici exposées, attestent du crépuscule d’une civilisation morte de n’avoir su remettre en cause la théocratie qui la gouvernait. Parallèlement à cet événement, « Metropolis mexica » offre un panorama de l’art contemporain au Mexique. Axée sur le phénomène des cultures urbaines, se référant souvent à l’écologie, l’exposition présente des photos, vidéos, objets, actions d’artistes mexicains tels que Ismael Merla, Tercero Un quinto, Lorenzo Ventura, Diego Gutiérrez....

- AMIENS, Musée de Picardie, 48, rue de la République, tél. 03 22 97 14 00, 16 juin-21 octobre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°527 du 1 juin 2001, avec le titre suivant : A la redécouverte des Mayas

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque