Lundi 10 décembre 2018

À la recherche de la maison modèle

De jeunes architectes prennent le taureau par les cornes

Le Journal des Arts

Le 21 novembre 1997 - 616 mots

Organisée par arc en rêve avec le soutien de l’Association française d’action artistique (Afaa) et de la Direction de l’Architecture, l’exposition “36 modèles pour une maison”? présente le résultat d’un appel d’idées lancé pour la conception d’une maison individuelle alternative aux produits standardisés dominant le marché. Une initiative d’autant plus louable qu’elle émane de jeunes concepteurs regroupés au sein de l’association Périphériques, qui manifestent ainsi leur capacité d’initiative dans une époque réputée difficile pour la “jeune architecture”?.

BORDEAUX. Alors que la jeune architecture est aujourd’hui prise entre l’enclume d’une commande quasi inexistante et le marteau de structures promotionnelles (Euro­pan, Album de la Jeune architecture, Appel aux jeunes architectes du Pavillon de l’Arsenal, etc.) qui, malgré leurs bonnes intentions, aboutissent surtout à dissimuler un peu plus ses difficultés, trois jeunes équipes d’architectes (Paillard-Jumeau, Marin-Trottin et Jakob-MacFarlane, moyenne d’âge : 33 ans), regroupés au sein de l’association Périphériques, fondée en septembre 1995, se sont décidés à prendre le taureau par les cornes. En organisant un appel d’idées auprès d’une quarantaine de jeunes équipes d’architectes françaises et européennes, sur le thème “à la recherche de la maison modèle”, l’association a voulu attirer l’attention, tant du grand public que des professionnels, sur une anomalie culturelle de première importance : alors que la production de maisons individuelles, avec cent cinquante mille unités construites chaque année, représente désormais l’offre la plus importante dans le domaine du logement, au point de “miter” des étendues de plus en plus vastes du paysage français, ce marché est laissé dans sa quasi-totalité à des entreprises de construction (Bouygues, Maisons Phénix...), plus soucieuses de rentabilité que d’offrir des produits véritablement originaux, dans un domaine pourtant crucial pour le confort de l’existence. Quand, dans le secteur de la production des biens de consommation, l’exigence du consommateur pousse les industriels à démultiplier leurs gammes de produits afin de répondre à des attentes de plus en plus variées, le marché de la maison individuelle reste marqué par un formidable atavisme, se contentant de reproduire un stéréotype pauvre. Pour s’attaquer à un tel tabou, les architectes de Périphériques se sont entourés de toutes les précautions afin de donner le maximum de crédibilité à leur initiative. Le cahier des charges de leur appel d’idées imposait un coût maximum de 499 900 francs TTC – coût moyen sur le marché d’une maison de trois pièces avec garage d’environ 80 m2 –, incluant les honoraires de l’architecte, pour une mission complète menant de la conception à la livraison de la maison, chaque projet étant remis avec le chiffrage précis de son prix gracieusement effectué par le bureau d’étude GEC Ingénierie, sponsor de l’opération.

Résultat saisissant
Malgré quelques petits péchés de jeunesse, sur lesquels il convient de ne pas s’attarder, le résultat est saisissant : de la maison modulable(Gausa/Gelpi/Perez/Raveau/ Santos), pouvant se transformer en fonction des désirs de ses occupants, à la maison “modem” (Guallart/Muller/Ruiz) conçue pour “les 15 % de la population qui manipulent de l’information” et qui, “conforme aux standards du moment, se doit d’être totalement efficace et légèrement ludique, assez sophistiquée pour servir de carte de visite et spacieuse pour entretenir son corps aux moments perdus”, en passant par la maison “fenêtre sur le ciel” (Carreri/ Avelino/Carbone) organisée autour de deux patios aussi vastes qu’ascétiques, les trente-six projets présentés offrent incontestablement une vision renouvelée. Pour ceux que l’éventualité de devenir propriétaire intéresse, un détour par Bordeaux s’impose. L’exposition leur offre ce qu’ils ne peuvent trouver ailleurs : la possibilité du choix.

36 MODÈLES POUR UNE MAISON, jusqu’au 18 janvier 1998, arc en rêve, centre d’architecture, L’Entrepôt, 7 rue Ferrère, Bordeaux, tél. 05 56 52 78 36, tlj sauf lundi 12h-19h, mercredi 12h-22h. Catalogue de l’exposition, 208 p., 190 ill., 99 F, éditions Périphériques.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°48 du 21 novembre 1997, avec le titre suivant : À la recherche de la maison modèle

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque