La preuve par quatre

L’Expressionnisme allemand en Suisse

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 11 septembre 2009

L’Expressionnisme allemand a le vent en poupe en Europe. Alors qu’une grande rétrospective lui est consacrée au Palazzo Grassi, à Venise, jusqu’au 11 janvier, deux manifestations le mettent à l’honneur en Suisse : à Genève, au Petit Palais, et au Kunstmuseum de Berne. Ce dernier propose un panorama des \"Blaue Vier\" (les quatre Bleus), le groupe fondé à Weimar en 1924 et composé de Lyonel Feininger, Alexeï von Jawlensky, Wassily Kandinsky et Paul Klee.

BERNE - Galka Scheyer – de son vrai nom Emmy Scheyer –, elle-même artiste mais surtout collectionneuse, a beaucoup œuvré pour la promotion des “Blaue Vier” aux États-Unis, où elle avait fui l’Allemagne nazie. Née à Brunswick (Allemagne) en 1889, ayant étudié en Angleterre, en France et à Munich, elle découvre la peinture d’Alexeï von Jawlensky en 1915. Après avoir fait sa connaissance, elle commence à organiser des expositions de ses œuvres, à les acheter et à les vendre, avant de faire de même avec les tableaux des “Blaue Vier” pendant vingt ans.

L’exposition permet de mieux mesurer les échanges artistiques et personnels entre Feininger, Jawlensky, Kandinsky et Klee, surtout dans les années vingt et trente, à l’époque du Bauhaus. Leur rencontre datait cependant d’avant la Première Guerre mondiale, à Munich – les quatre peintres se sont notamment échangés une douzaine œuvres. Le musée des beaux-arts de Berne propose un éclairage particulier sur leurs relations avec les collectionneurs de Hollywood et de la région. Trente-cinq des cent quatre-vingts œuvres exposées proviennent du Norton Simon Museum de Pasadena, qui a acquis la collection Scheyer, une institution qui refusait jusqu’à présent de prêter le moindre de ses tableaux. D’autres proviennent du Long Beach Museum, où est réunie la collection ayant appartenu à Milton Wicher, l’avocat de Galka Scheyer.

Exilés de luxe
Les quatre expressionnistes n’ont jamais considéré la Californie comme une terre promise. D’ailleurs, seul Jawlensky s’est rendu aux États-Unis en 1936, visitant à cette occasion la maison que Galka Scheyer avait fait construire pour accueillir les tableaux des “Blaue Vier”. L’artiste s’est définitivement installé en Amérique un an plus tard. La manifestation permet de découvrir l’extraordinaire atmosphère culturelle du Hollywood des années trente, avec ses nombreux exilés de luxe : de Stravinsky à Theodor W. Adorno, de Thomas Mann à Bertold Brecht, des grands metteurs en scène comme Lang et Hitchcock aux personnalités qui ont fait partie du cercle d’amis de Galka Scheyer, comme John Cage, Marcel Duchamp, Frida Kahlo et Diego Rivera. Cette grande dame a également exercé une influence déterminante sur de nombreux collectionneurs, en particulier Louise et Walter Arensberg.

À Genève, la centaine d’œuvres expressionnistes rassemblées au Petit Palais sont pour la plupart issues de la collection de la Städtische Kunsthalle de Mann­heim, l’un des premiers musées allemands à avoir, dès 1910, acquis des tableaux de ce mouvement. Les peintures de Kirchner, Heckel et Schmidt-Rottluff viennent y rejoindre les sculptures de Barlach, Lehmbruck, Minne ou Scharff.

DIE BLAUE VIER : FEININGER, JAWLENSKY, KANDINSKY, KLEE, jusqu’au 1er mars, Musée des beaux-arts, Holderstrasse 12, Berne, tél. 41 31 311 09 44, tlj sauf lundi 10h-17h, mardi 10h-21h. Puis, 21 mars-14 juin, Kunstsammlung Nordrhein Westfalen, Grabbeplatz 5, Düsseldorf, tél. 49 211 83810, tlj sauf lundi 10h-18h, vendredi 10h-20h.
L’EXPRESSIONNISME ALLEMAND, DE KIRCHNER À KANDINSKY, jusqu’au 1er mars, Petit Palais, Terrasse Saint-Victor, Genève, tél. 41 22 346 14 33, tlj 10h-18h, sam. et dim. 10h-17h.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°50 du 19 décembre 1997, avec le titre suivant : La preuve par quatre

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque