Yerres (91)

La magie Truphémus

Ferme Ornée, Propriété Caillebotte jusqu’au 9 juillet 2017

Par Vincent Delaury · L'ŒIL

Le 13 avril 2017 - 322 mots

Jacques Truphémus, âgé de 94 printemps et dont Balthus affirmait qu’il «Â était l’un des plus grands peintres français », connaît à Yerres sa première rétrospective en Île-de-France.

Étrangement, ce peintre lyonnais, représenté par la Galerie Claude Bernard et qui a connu dernièrement des expositions d’importance à Lyon (2012) et à Saint-Claude (2014), n’a pas la notoriété qu’il mérite. Espérons que cette rétrospective à la Ferme Ornée, Propriété Caillebotte, conçue par le commissaire Nicolas Sainte Fare Garnot, permette à cet artiste rare de se faire – enfin – connaître du grand public. À la fois thématique et chronologique, le parcours divisé en six chapitres, partant de tableaux anciens pour aller aux toiles les plus récentes et reposant sur les genres picturaux, donne à voir une soixantaine d’œuvres d’un plasticien précisant : « Je pense que ma peinture est une peinture du silence. Comme celle de Geneviève Asse, mais d’une tout autre manière. C’est une peinture qui se mérite et ne s’adresse pas aux gens pressés. » Effectivement, cet art, de facture classique (autoportraits rembranesques, natures mortes minimales, vues urbaines lyonnaises brumeuses, paysages verdoyants des Cévennes…), n’en est pas moins complexe et d’une modernité redoutable. Pour l’apprécier à sa juste valeur, il faut ne pas hésiter, comme le souligne ce peintre à la force tranquille, à « se promener sur ses toiles » et à laisser cette peinture subtile et zen infuser en nous ; car, ici, tout en gardant sa parfaite singularité, Truphémus peint librement en revisitant joyeusement une histoire de la peinture aventureuse, qui irait de Monet à Traquandi en passant par Corot, Bonnard, Morandi, Joan Mitchell et Alexandre Hollan. Dans ses plages blanches immaculées, ses couleurs acides et ses lignes dansantes, qui donnent furieusement l’impression d’avoir sous les yeux des peintures tout juste sorties de l’atelier, est indéniablement à l’œuvre une magie faisant appartenir Jacques Truphémus à la famille des grands peintres.

« Jacques Truphémus. L’intimité révélée »

La Ferme Ornée, Propriété Caillebotte, 8, rue de Concy, Yerres (91), www.proprietecaillebotte.com

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°701 du 1 mai 2017, avec le titre suivant : La magie Truphémus

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque