Jeudi 13 décembre 2018

La carte du Tendre

D’amour ou d’amitié au Crestet

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 4 juillet 1997 - 251 mots

Cet été, la forêt provençale qui entoure le Centre d’art du Crestet est le théâtre d’une relecture personnelle et contemporaine de la carte du Tendre par cinq jeunes artistes.

CRESTET. À une époque où les cartographies en tout genre sont à la mode, Madeleine de Scudery imagine en 1641 une carte du Tendre célébrant l’amitié et repoussant l’amour par-delà la Mer Dan­ge­reuse, dans les Terres inconnues. Sur une idée de Nathalie Viot, cinq artistes proposent leur propre carte du Tendre, des conceptions à découvrir, tel un explorateur, la boussole à la main, au gré des chemins balisés ou non qui entourent le Centre d’art. Si, au XVIIe siècle, on parlait d’amour sans le nommer, les personnages cousus ou brodés de Ghada Amer invitent à l’amour sans l’éprouver. Marie Legros parle au contraire de ce sentiment secret et mystérieux, et nous lève une partie du voile avec une violence qui cache en réalité une grande fragilité. À cette gravité, Didier Trenet répond au contraire par un humour qu’il pousse jusqu’à l’absurde, tandis que Frédéric Lormeau réalise des objets luxueux et recherchés qui traduisent son sentiment intérieur. Enfin, Marc Quer adopte une position défensive, tiraillé à la fois  par la peur de trop donner et celle de trop recevoir. Cette nouvelle carte du Tendre mé­nage surprises et coups de foudre.

A(a)MITIÉS ET AUTRES CATASTROPHES, LA CARTE DU TENDRE, jusqu’au 1er septembre, Crestet Centre d’art, chemin de la Verrière, 84110 Crestet, tél. 04 90 36 34 85, tlj 11h-19h, catalogue publié chez Actes Sud.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°41 du 4 juillet 1997, avec le titre suivant : La carte du Tendre

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque