Mercredi 21 février 2018

Découverte

Joseph Boze en miniature

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 25 septembre 2007

À Martigues, le Musée Ziem réhabilite l’œuvre d’un artiste longtemps boudé par la critique.

MARTIGUES - Portraitiste et pastelliste dans la lignée de Maurice Quentin de La Tour, Joseph Boze (1745-1826) est une figure négligée de l’histoire de l’art, n’ayant suscité à ce jour aucune rétrospective. La seule référence concernant l’artiste reste la monographie écrite par son arrière-petit-neveu, en 1873, feuilleton romancé de sa vie très éloigné de la réalité.
Le Musée Ziem, à Martigues (Bouches-du-Rhône), où naquit Boze il y a deux siècles et demi, a décidé de mettre en lumière cet autodidacte qui, malgré son absence des Salons officiels, parvint à obtenir les faveurs de la cour sous Louis XVI, immortalisa les figures de Mirabeau ou de Marat, avant de sombrer dans l’oubli à la fin de l’Empire. « De nombreuses idées reçues circulent sur l’artiste. Il est temps de réhabiliter l’homme et son œuvre. Cette exposition, nous l’espérons, sera, en outre, le point de départ de nouvelles recherches, car il reste beaucoup de points à éclaircir », explique le conservateur du musée, Gérard Fabre.
Chronologique, le parcours évoque les grandes étapes de la carrière de ce fils de marin que rien ne destinait à devenir peintre. Après une formation à Marseille, Boze rejoint Paris où il se fait d’abord connaître comme inventeur d’une machine à dételer les chevaux. Si ses premiers travaux, tel ce Portrait d’homme âgé (1771), témoignent d’une certaine maladresse, son Autoportrait réalisé dix ans plus tard atteste aussi bien de sa maîtrise technique du pastel que de ses capacités à donner vie au modèle – conservé au Musée du Louvre, ce tableau n’a malheureusement pu faire le déplacement. Probablement grâce au comte de Tessé, premier écuyer de la reine, Boze est introduit à la cour de Louis XVI, dont il fait le portrait en 1784. De nombreuses répliques de ce pastel sont exécutées les années suivantes, comme le suggèrent les reproductions gravées présentées ici aux côtés de l’original.

Artiste de la miniature
Dès 1785, Boze bénéficie d’un appartement et d’un atelier au château de Versailles. Alors qu’il termine le portrait de Marie-Antoinette – peu flatteur, il ne plaira pas à la reine –, l’artiste est sollicité par le comte d’Artois, frère de Louis XVI, pour croquer ses enfants, Louis Antoine, duc d’Angoulême, et Charles Ferdinand, duc de Berry. L’exposition permet pour la première fois de confronter les œuvres sur papier représentant les deux jeunes garçons à leurs reproductions miniatures sur ivoire. À la Révolution, en 1789, Boze n’hésite pas à retourner sa veste et met désormais son talent au service des nouveaux députés qui ne demandent qu’à se faire connaître.
Celui qui s’autoproclamait jadis « peintre du roi » adhère au Club des jacobins, rejoignant ainsi David, Pasquier ou Carle Vernet. Mais, en 1793, il est arrêté pour son amitié avec les députés de la Gironde et reste emprisonné près d’un an à la Conciergerie, où il poursuit ses activités de portraitiste, avant de réchapper miraculeusement à la guillotine.
Comme le montrent les minutieux portraits du couple royal ou celui de sa petite-fille Sophie, Joseph Boze excelle dans l’art de la miniature. En revanche, ses peintures à l’huile se révèlent souvent maladroites. Pour le portrait de Mirabeau (1789) en pied, conscient de ses limites, il fait appel à Robert Lefèvre, qui peint le décor et une partie du corps, collaboration que Boze se garde bien de mettre en avant. En 1801, une polémique éclate entre les deux peintres : lors d’une exposition à Amsterdam, Boze s’attribue à lui seul la paternité du tableau sur la bataille de Marengo, effectué en réalité avec Lefèvre et Vernet. Bien mal acquis ne profite jamais. C’est Lefèvre qui eut les faveurs de Louis XVIII tandis que l’atelier de Boze fut peu à peu déserté. À sa mort, en 1826, il laissera à sa femme et ses filles tout juste de quoi subsister.

JOSEPH BOZE (1745-1826)

Jusqu’au 20 février, Musée Ziem, boulevard du 14-Juillet, 13500 Martigues, tél. 04 42 41 39 60, tlj sauf lundi et mardi, 14h30-18h30. Catalogue, éditions Somogy, 264 p., 45 euros.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°207 du 21 janvier 2005, avec le titre suivant : Joseph Boze en miniature

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque