Ivry, championne d’art monumental

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 1 mai 2003

À l’inventaire des villes qui conduisent une véritable politique en matière de commande publique, la commune d’Ivry-sur-Seine compte parmi les toutes premières. Le parc d’œuvres d’art qu’elle a mises en place dans le tissu urbain depuis une trentaine d’années est considérable et constitue comme un musée dans la ville. Amado, Clareboudt, Buraglio, Pagès, Skoda, Osman, Pontoreau ; sculptures, photographies, installations, il y en a pour tous les goûts, de tous les genres, de toutes les formes et de toutes les couleurs. On peut en voir partout, à la sortie du métro, au détour des rues, sur les places publiques, dans le gymnase et même jusque sur le mur pignon intérieur de la piscine. À Ivry, l’art contemporain est omniprésent et les Ivriens le tutoient au quotidien. Outre l’action menée directement et régulièrement par la ville en ce domaine, celle-ci s’est dotée depuis 1979 d’une structure spécifique en forme de « bourse d’art monumental » qui est délivrée tous les deux ans selon une procédure rituelle. Suite à la réception de dossiers d’artistes – pas moins de trois cent vingt pour le cru 2003 ! –, un comité de sélection composé de partenaires du monde de l’art et de représentants de la ville d’Ivry en sélectionne six. Ceux-ci bénéficient dès lors d’une exposition de groupe à l’occasion de laquelle ils présentent leur travail permettant au jury de désigner enfin le lauréat.
Pierre Antoniucci, Damien Cabanes, Claire Chevrier, Nicolas Hérubel, Stephen Maas et Kees Visser sont les heureux élus cette année confirmant – si c’était nécessaire – l’ouverture d’esprit qui anime cette bourse d’art monumental. Imaginée sans aucun parti pris préalable, ni d’esthétique, ni d’objectif particulier, sinon de réaliser une œuvre dont la destination est de s’inscrire dans l’espace urbain, la bourse d’Ivry présente cette singularité d’être attribuée à un artiste pour la qualité et l’intérêt de sa démarche, non pour un projet précis. C’est après que le lauréat a été désigné que celui-ci envisage celui-là en collaboration avec les instances culturelles de la ville afin de trouver une réponse qui soit
la plus pertinente par rapport à son travail et à l’existant in situ. Rendez-vous pour la désignation du lauréat 2003 à la fin de l’exposition.

IVRY-SUR-SEINE, Credac, 93 boulevard Gosnat, tél. 01 49 60 25 06, www.art-public.com/ivry, 23 avril-8 juin.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°547 du 1 mai 2003, avec le titre suivant : Ivry, championne d’art monumental

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque