Mercredi 12 décembre 2018

Herr monde et merveilles

Les opérations \"coup de poing\" de Claude Lévêque

Par Olivier Michelon · Le Journal des Arts

Le 25 août 2000 - 587 mots

De Paris à Marseille, en passant par Thiers, Claude Lévêque multiplie les interventions cet été. Dans un ex-cinéma porno de la cité phocéenne ou dans l’environnement industriel de l’ancienne usine du Creux de l’Enfer, l’artiste construit des ambiances minimales et radicales, comme autant d’opérations « coup de poing » à l’efficacité redoutable. En somme, l’exposition conçue comme un attentat.

THIERS et MARSEILLE - Sur le carton d’invitation, apparaissent, écrits à la main sur une photographie de la façade du Creux de l’Enfer, ces quelques mots : “Lévêque, 10 06 00, Herr monde”. Pourquoi Herr monde ? “C’est une sorte de clin d’œil caustique sur l’utopie du monde telle qu’elle se présente à nos yeux aujourd’hui, explique l’artiste dans un entretien accordé au directeur du lieu, Frédéric Bouglé, et publié dans le livre-catalogue de l’exposition. C’est le Maître monde, le Seigneur monde, Monsieur monde, autrement dit un regard dérisoire et un tant soit peu provocateur sur la glorification d’un monde parfait, et la réalité du chaos de la vie qui tressaille en soi-même.” La vie qui tressaille en soi-même, nous la retrouvons dans l’installation de Claude Lévêque qui révèle la nature manichéenne et forcément démoniaque du lieu en jouant sur les variations de l’intensité lumineuse provenant de l’extérieur. Même si celle-ci n’est jamais exceptionnelle étant donné la localisation du bâtiment, au fond d’une gorge, les jours de soleil le rideau de plaques d’inox, froissé comme le seraient des boules de papier jetées là, reflète la lumière dorée à l’intérieur, avec une légère variation blanche engendrée par des lampes stroboscopiques. Le soir, ou les jours de déluge, comme ce fut le cas au moment du vernissage de l’exposition, le 10 juin, la lumière devient presque inexistante, pour ne plus laisser place qu’aux flashes puissants et aveuglants des stroboscopes. L’installation, qui apporte au rez-de-chaussée un supplément de clarté par beau temps, prend alors une dimension très dure, très froide. L’ambiance dramatique renvoie aussi invariablement à Claude, l’autoportrait de l’artiste conçu comme un “Monument” dédié aux adolescents morts par balles perdues dans les rues de Chicago et actuellement exposé dans “Voilà”, au Musée d’art moderne de la Ville de Paris.

Au “Variétés”, un ancien cinéma porno marseillais, aujourd’hui transformé en complexe d’art et d’essai, le Scarface de Claude Lévêque ne connaît pas le rythme des séances : suspendue au plafond dans une salle encore désaffectée, son enseigne d’ampoules de plus de quatre mètres de long découpe dans l’obscurité le mot “scarface”, en s’allumant et s’éteignant progressivement, mais avec violence. Du noir absolu à l’aveuglement. Débarrassée de ses sièges, de son écran, avec des murs usés mais encore rouges, la salle de cinéma apparaît comme un espace déchu. Métaphore du destin de Tony Montana, le mafieux cubain interprété par Al Pacino dans le film culte de Brian De Palma, le remake plastique de Scarface par Lévêque emprunte au gangster sa “tchatche”, son goût particulier pour le clinquant, la chaîne en or, et plombe le visiteur. Après le Punk, et la musique industrielle, Lévêque se réfère donc au Hip-Hop – musique urbaine par excellence – en s’emparant de Tony Montana, petite frappe arrivée au sommet, et icône de la mythologie Rap, omniprésente dans les quartiers populaires marseillais. Bref, Miami en bas de la Canebière.

- CLAUDE LÉVÊQUE, HERR MONDE, jusqu’au 17 septembre, Le Creux de l’Enfer, vallée des Usines, 63300 Thiers, tél. 04 73 80 26 56, catalogue, 126 p., 50 francs, ISBN 2-914307-00-4 ; SCARFACE, jusqu’au 31 août, Cinéma Les Variétés, 37 rue Vincent-Scotto, 13001 Marseille, tél. 04 91 91 27 55.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°109 du 25 août 2000, avec le titre suivant : Herr monde et merveilles

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque