Mercredi 28 octobre 2020

Henry Moore en Chine

Le Journal des Arts

Le 3 novembre 2000 - 218 mots

Jusqu’au 22 avril 2001, 118 des sculptures d’Henry Moore (1929-1983) sont regroupées dans le parc Beihai de Pékin. Ce parc impérial, le plus ancien de la ville, est situé au nord de la Cité interdite.

Aménagé il y a huit cents ans, il a été occupé par les dynasties successives et n’a été ouvert au public qu’en 1925. Les Chinois peuvent ainsi découvrir la plus grande exposition jamais organisée dans la capitale sur un artiste britannique. Les organisateurs, dont le British Council de Londres, le Département de la culture et de l’éducation de l’ambassade britannique de Pékin, la Fondation Henry-Moore et un mécène pékinois, ont réussi à présenter cette œuvre à un public plus important et plus divers que prévu. Douze sculptures monumentales sont installées autour du plus grand lac du parc, selon le désir de l’artiste qui a toujours souhaité présenter ses œuvres en plein air. Des bronzes de mères avec enfant et des figures allongées, des maquettes et des œuvres du début de sa carrière seront présentées à la China Art Gallery, le musée d’art national de Pékin, puis au Musée d’art du Guangdong à Canton, une construction nouvelle ultra moderne en verre et chrome qui donne sur la rivière des Perles, et enfin au musée de Shanghai, récemment rénové et rouvert (voir JdA n° 113).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°114 du 3 novembre 2000, avec le titre suivant : Henry Moore en Chine

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque