Jeudi 20 septembre 2018

FRAC et musée

Hatoum, entre social et individuel

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 1 mars 2000 - 145 mots

Installations, performances, vidéos, sculptures..., l’art de Mona Hatoum s’exerce sur tous les registres plastiques. D’origine palestinienne, native de Beyrouth, installée à Londres, celle-ci développe depuis plus de 20 ans une œuvre forte fondée sur une réflexion dialectique entre le social et l’individuel, notamment articulée d’interrogations autour des notions d’exil, de nomadisme et de violence. Politique au sens le plus fort du mot, sa démarche joue des antagonismes de l’intime et du public, de l’humain et de la technologie, de l’identité et de l’altérité, de la réalité et de la fiction. L’exposition du FRAC, pour l’essentiel coproduite avec le Centre d’Art du Creux de l’Enfer à Thiers, est l’occasion de retrouver une artiste puissante, trop peu présente chez nous et dont l’exposition à Beaubourg, en 1994, avait marqué les esprits d’un sceau mémorable.

REIMS, FRAC Champagne-Ardenne, jusqu’au 26 mars et LONDRES, Tate Gallery, 24 mars-9 juillet.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°514 du 1 mars 2000, avec le titre suivant : Hatoum, entre social et individuel

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque