Jeudi 13 décembre 2018

Greenaway aérien

Le mythe de l’homme volant à Barcelone

Le Journal des Arts

Le 1 février 1997 - 349 mots

Peter Greenaway revisite le mythe de l’homme volant à la Fondation Miró de Barcelone, dans une exposition conçue sur le mode cinématographique.

BARCELONE - Le réalisateur britannique Peter Greenaway a imaginé une installation géante qui occupe plus de 1 000 m2 de la Fondation Miró de Barcelone. "Le désir de voler est universel, et toutes les cultures de tous les temps ont caressé ce rêve irréalisable, souligne-t-il. Ni les ailes de Léonard ni les missions spatiales n’ont résolu le problème ; c’est pour cette raison que nous avons inventé les anges et une longue série de figures mythologiques volantes". Pour Greenaway, la culture européenne a fait preuve sur ce sujet d’une imagination étonnante : Persée, Pégase, le Sphinx, Cupidon et Icare, premier pilote, responsable du premier désastre aérien de l’humanité. Il a d’ailleurs conçu cette exposition à partir de ce dernier, en présentant les espérances, les ambitions, les brefs succès et l’inévitable échec du rêve de voler. "Voler sur l’eau. L’aventure d’Icare" analyse le mythe de différents points de vue, notamment à l’aide de technologies modernes et sophistiquées. L’exposition réunit de nombreux livres – des codex médiévaux renfermant des miniatures d’anges aux plus récents manuels d’aéronautique –, différents types de cires, de plumes et d’eau de mer, diverses intensités de soleil et de vent, des créatures mythiques et des machines volantes.

"Nous voulons découvrir le pourquoi de l’échec d’Icare, en reproduisant sa chute et en étudiant tous les types d’impact dans la mer. Le visiteur éprouvera la même anxiété que celle que l’on a en volant, puis la sensation de panique qu’a ressentie Icare en tombant", explique Greena­way, qui a réalisé son installation sur le mode cinématographique : artifice évident, suspens, spectacle, humour, interaction continue entre la réalité et la fiction, changements soudains de situation. Le concept du montage lui-même a été "voulu comme une construction d’idées à partir d’images disparates réunies de façon à sembler invisibles".

PETER GREENAWAY, VOLER SUR L’EAU. L’AVENTURE D’ICARE, du 17 février au 11 mai, Fondation Miró, Parc de Montjuïc, Barcelone, tél. 93 329 19 08, tlj sauf lundi 11h-19h, jeudi 11h-21h30, dimanche 10h30-14h30.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°33 du 1 février 1997, avec le titre suivant : Greenaway aérien

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque