Dimanche 25 février 2018

Giverny, capitale de l’Amérique

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 13 novembre 2007

En février 1924, l’édition européenne de l’American Review proclame “Paris, capitale de l’Amérique”. Reprenant à son compte cette célèbre expression, le Musée d’art américain de Giverny (jusqu’au 30 novembre, tél. 02 32 51 94 65) explore les relations artistiques entre la France et les États-Unis pendant l’entre-deux-guerres. Plus de 150 tableaux, photographies, sculptures et objets ont été réunis pour l’occasion. Thématique, le parcours décline les grandes tendances de l’art moderne : “La pureté de l’objet” autour de la figure de Fernand Léger ; “La naissance de l’abstraction géométrique” à travers Alexander Calder, Piet Mondrian, et leurs élèves, “Les prémices du surréalisme” avec Man Ray, Lee Miller, mais aussi Kay Sage, Joseph Cornell et Marcel Duchamp, et, enfin, “Les portraits de l’avant-garde”. Aux côtés d’images célèbres, comme la photographie de Kiki (1926) par Man Ray, le Panneau orange (1936) de Calder ou New York-Paris, n° 1 (1931) de Stuart Davis, figurent des œuvres moins connues signées Charles Biederman, Ilya Bolotowsky, William Einstein, John Ferren ou Albert E. Gallatin.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°177 du 26 septembre 2003, avec le titre suivant : Giverny, capitale de l’Amérique

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque