Dimanche 16 décembre 2018

Giovanni Volpato

Splendeurs de la gravure

Par Anouchka Roggeman · L'ŒIL

Le 6 août 2007 - 321 mots

En 1508, le Pape Jules II décide d’offrir une nouvelle façade au palais apostolique du Vatican. Il fait appel au peintre Raphaël (1483-1520) pour décorer les trois loggias superposées de l’architecte Bramante. En s’inspirant du décor luxuriant des « grottes » de la Domus Aurea de Néron découvertes à Rome, Raphaël allait non seulement réaliser un véritable chef-d'œuvre de raffinement, mais aussi créer un nouveau style baptisé « grotesque ». Aussitôt le projet terminé, des artistes et graveurs de l’Europe entière vinrent admirer et copier le style des Loges, caractérisé par une ornementation luxuriante, des entrelacements de candélabres et de rinceaux, des personnages et animaux extravagants.
Formé à Venise, le graveur Giovanni Volpato (1735-1803) fut l’un de ceux qui, en installant un atelier de gravure à Rome, contribua largement à faire connaître l’œuvre de Raphaël. Considérées comme des œuvres d’art à part entière, les planches gravées de Volpato étaient vendues aux familles princières d’Europe, notamment à Catherine II de Russie qui les rendit célèbres. L’engouement pour le modèle raphaélesque, si éloigné des formes sévères du goût « à la grecque », fut tel qu’il eut, jusqu’à la fin du xviiie siècle, un impact sur les arts décoratifs (papiers peints, textiles et objets du quotidien).
Pour la première fois, le musée de Tours présente les deux séries les plus prestigieuses de Volpato : la série complète des Loges (quarante-trois planches) est réunie grâce à un prêt de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, ainsi que les planches de la galerie du Palais Farnèse décorée par Annibal Carrache. Appartenant au fonds du musée, vingt sublimes planches enluminées témoignent du talent impressionnant du graveur Volpato qui permit l’avènement d’un nouvel ordre esthétique, celui de la délectation et de la sensibilité.

« Giovanni Volpato : les loges de Raphaël et la galerie du Palais Farnèse », musée des Beaux-Arts de Tours, 18, place François-Sicard,Tours (37), tél. 02 47 05 68 73, jusqu’au 30 avril 2007.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°588 du 1 février 2007, avec le titre suivant : Giovanni Volpato

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque