Dimanche 5 décembre 2021

Paris-8e

Gaultier : le sacre du pop couturier

Grand Palais Jusqu’au 3 août 2015

Par Bérénice Geoffroy-Schneiter · L'ŒIL

Le 12 mai 2015 - 294 mots

Après une itinérance qui l’a fait voyager de Montréal à New York, en passant par Madrid, Londres, Rotterdam et Stockholm, la caravane destroy et chamarrée de Jean Paul Gaultier pose ses malles sous la coupole du Grand Palais, à Paris.

Un événement lorsque l’on sait combien cette exposition à la scénographie futuriste (une trentaine de mannequins sont animés grâce à la projection, sur leur visage, de vidéos) a déjà séduit de par le monde près d’un million quatre cent mille visiteurs ! Pensé davantage comme une installation contemporaine que comme une rétrospective patrimoniale aux relents de naphtaline, le parcours a des allures de gigantesque défilé sentimental que berce la belle voix grave de Catherine Deneuve, l’une des plus fidèles admiratrices du couturier. À travers 175 modèles (essentiellement de haute couture), le visiteur appréhende ainsi l’extraordinaire inventivité de ce créateur qui a su redessiner les contours d’une beauté « autre », décomplexée, libertaire, androgyne et sexy. Absorbant, pour mieux les recycler, toutes les influences esthétiques (du cinéma à la peinture, en passant par la télévision et le spectacle de la rue), ce brasseur de rêves et d’émotions a composé un kaléidoscope déjanté qui clame aux yeux de tous un message de tolérance, d’allégresse et de liberté. Car que nous disent ces punks aux perruques d’Iroquois, ces amazones aux corsets de chair pointant comme des obus, ces rabbins chics coiffés de lourds schtreimels (bonnets) de fourrure, si ce n’est l’avènement d’une humanité nouvelle, sur fond de métissage et de transsexualité assumée ?
Visité par la grâce, Jean Paul Gaultier est aussi et surtout un artiste à part entière dont les créations sophistiquées et facétieuses tout à la fois ont fait de lui le digne héritier d’Yves Saint Laurent, du pop art et de Dada. Chapeau bas…

« Jean Paul Gaultier »

Grand Palais, Galeries nationales, entrée Clemenceau, Paris-8e, www.grandpalais.fr

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°680 du 1 juin 2015, avec le titre suivant : Gaultier : le sacre du pop couturier

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque