Mardi 10 décembre 2019

galerie

Gaston Damag, d’une culture à l’autre

L'ŒIL

Le 1 juin 2001 - 212 mots

Originaire des Philippines, le jeune artiste Gaston Damag, né en 1964 à Banaue, vit en France depuis une quinzaine d’années. Il construit son œuvre et évolue avec ce qu’il nomme « une forme de nomadisme parmi les cultures ». En 1989, il visite à New York une exposition sur les sociétés traditionnelles du Pacifique et se rend compte alors de la manière dont celles-ci sont perçues par les Occidentaux. Cette mise « sous vitrine » d’objets appartenant à sa culture d’origine suscite
chez lui une réflexion sur « les contextualisations ethnographiques ou muséales ». En utilisant dans ses installations des copies de statuettes africaines, auxquelles viennent s’ajouter structures métalliques, néons, miroirs et moteurs, il fait une autre proposition que cette « contextualisation ». C’est pour lui une façon différente de voyager, de montrer que les frontières s’effacent. Son œuvre porte un regard sur toutes les cultures, leurs ressemblances et leurs différences. Cette première exposition de Gaston Damag dans une galerie française présente une série d’installations sur le thème des Disparitions et la vidéo d’une performance réalisée en 1999 au Musée d’Art moderne de la ville de Paris, Hommage à l’Afrique fantôme de Michel Leiris.

- PARIS, galerie Alain Le Gaillard, 19, rue Mazarine, tél. 01 43 26 25 35, 17 mai-7 juillet.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°527 du 1 juin 2001, avec le titre suivant : Gaston Damag, d’une culture à l’autre

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque